Les pompiers dénoncent des agressions de plus en plus fréquentes

Suite à une agression subie à Boucau, le personnel du centre de secours d’Anglet a dénoncé les faits et exprimé sa solidarité envers les collègues attaqués. Une dénonciation arrivant en plein mouvement de grève organisé dans tout l’Hexagone.

Iurre BIDEGAIN|2019/07/10 18:10|0 iruzkin

"Stop aux agressions". Suite à une nouvelle attaque ayant eu lieu le samedi 6 juillet à Boucau, une action symbolique a été menée par les sapeurs-pompiers du centre de secours d’Anglet. Allongés par terre, les professionnels ont déploré des faits devenant de plus en plus courants. Pendant ce temps, les négociations se poursuivent concernant le mouvement de grève débuté le 26 juin par sept syndicats de pompiers. Une nouvelle réunion a eu lieu ce mercredi 10 juillet. La direction a reçu les organisation syndicales pour un retour concernant le dialogue social. Les professionnels réclament plus de moyens et une plus grande reconnaissance. 


Samedi 6 juillet, les sapeurs-pompiers ont été appelés pour une intervention à Boucau. Une personne victime d’un malaise sur la voie publique en était l’objet. Contacté par MEDIABASK, un des sapeurs-pompierS de la caserne explique qu’après que cette personne s’en soit pris au mobilier urbain, les professionnels présents lors de l'intervention avaient décidé d’appeler la police. "Aucune patrouille n'était disponible. Elles étaient toutes en service. Ils vivent la même situation que nous, ils sont en manque de personnel", regrette-t-il.

En attendant que la voiture de police arrive, les pompiers ont fait rentrer l’individu dans la voiture pour ensuite, le laisser partir. C'est à ce moment-là que l'individu s’en est pris "physiquement et verbalement" aux pompiers présents sur place. Suite à l’agression, trois plaintes ont été déposées au commissariat de Bayonne. Les pompiers mobilisés ont voulu "marquer le coup" en publiant cette vidéo. Une action voulant servir à alerter "un plus grande public". Cette dénonciation arrive au moment où "la grogne des pompiers monte de plus en plus".