Maider Arosteguy présente son équipe

Candidate aux prochaines élections municipales à Biarritz, l’élue d’opposition a annoncé sa démarche avec son groupe de soutien.

Goizeder TABERNA|12/06/2019 07:25|0 comentarios
Gar_arosteguy_bobedme104
C'est la première fois que Maider Arosteguy mène sa propre liste lors de municipales. © Bob EDME

La course au rassemblement a commencé à Biarritz. Maider Arosteguy, elle-même adhérente au parti Les Républicains, s’est présentée devant la presse entourée de Biarrots issus de familles politiques différentes, jeudi 6 juin. La conseillère municipale d’opposition et conseillère départementale a annoncé sa volonté de porter avec eux le projet de Notre Biarritz lors des élections municipales 2020.

Vingt-trois personnes ont affiché leur soutien à cette candidature. "On a chacun nos valeurs, nos engagements, c’est le projet qui va nous rassembler". Il est présenté comme le fruit de la démarche engagée par l’association "Mon Biarritz" animée par Maider Arosteguy et Gérard Courcelles. Ces six derniers mois, ils ont voulu aller à la rencontre des Biarrots pour construire avec eux les contours d’un projet pour les prochaines années. "Ce projet, je vous propose d’en faire une réalité", lance celle qui rêve d’être la première femme maire de Biarritz. C’est ainsi que "Mon Biarritz" est devenu "Notre Biarritz", le projet porté par la candidate Maider Arosteguy. Avec son équipe, la conseillère en management va travailler sur trois axes : la protection et la préservation du cadre vie, la place des Biarrots dans la prise de décision et la solidarité.

Ce groupe rassemble des proches de Les Républicains, des centristes, des membres LREM, une personne se revendiquant de gauche, mais aussi ceux qui s’identifient comme "les déçus" de la majorité actuelle. C’est le cas d’Edouard Chazouillère et d’Anne Pinatel. Elus en 2014 avec Michel Veunac, ils vont à présent défendre les couleurs de Maider Arosteguy. Un vrai butin de guerre pour l’élue d’opposition. Edouard Chazouillère n’a pas été que l’ancien adjoint au commerce de Michel Veunac, il était également son directeur de campagne lors des dernières élections municipales. Il avait fréquenté sa nouvelle cheffe de file un temps à l’UDI. Quant à Anne Pinatel, elle fait partie des anciens administrateurs critiques de l’Hôtel du Palais. Fonction de laquelle elle a démissionné.

Après "un mandat du mépris, mépris envers les promesses, envers les élus, les journalistes, l’activité économique, les règles des procédures, le patrimoine biarrot", Edouard Chazouillère rêve d’un autre mandat sous le signe du respect. Désigné directeur de campagne, également gérant d’une librairie biarrote, Thomas Habas partage cette vision et souhaite plus de co-construction.

Maider Arosteguy, qui avait soutenu la candidature de François Fillon à l'élection présidentielle de 2017, ne semble pas compter sur ses collègues de l’opposition, ses voisins de table au conseil municipal. Pas même sur l’ancien chef de file de la liste qu’elle a défendue en 2014, Max Brisson, avec qui elle représente le canton de Biarritz au Conseil départemental. Dans la présentation de son parcours politique, elle n’en fait aucune allusion. Interrogée sur ses relations avec lui, elle dit attendre de lui une aide en tant que parlementaire. Malgré des intrusions ponctuelles dans la vie municipale et l’hypothèse d’une candidature plausible, le sénateur se fait discret.

Barucq et Motsch

Guillaume Barucq, lui, ne cache pas ses intentions. L’adjoint de Michel Veunac devrait annoncer sa candidature avant la fin du mois de juin. Elle se veut citoyenne et centrée sur un projet écologique. La liste mettrait en avant les membres de la société civile issus des différentes familles de l’échiquier politique.

En 2014, le médecin surfeur avait mené la liste Biarritz Vague d’Avenir. A l’issue du second tour et d’une alliance avec l’actuel maire, Michel Veunac, lui et trois de ses co-listiers, Sylvie Claracq, Nathalie Sauzeau et Fred de Bailliencourt ont intégré la majorité municipale. Une partie du groupe devrait poursuivre l’aventure, mais de nouvelles têtes devraient également s’afficher avec l’actuel 3ème adjoint de Michel Veunac.

Nathalie Motsch a pris ses distances avec Michel Veunac il y a quelques mois et son annonce de candidature paraît évidente : ses propos prononcés lors du dernier conseil municipal, mercredi 5 juin, sont révélateurs. "Nous aurons en 2020 l’opportunité de lancer avec les Biarrots, les entrepreneurs locaux et le BOPB, un projet qui servira à la ville et ses contribuables", a-t-elle affirmé évoquant le plateau Aguilera. La question est de savoir quand, car à partir du 1er juillet, Biarritz sera noyée dans la saison touristique et la préparation du G7.