Txomin Heguy
Gar_xistor_senpere_gfauveau-1
Pour Xistor Haramboure
11/07/2019 19:50 | 0 commentaires

Monsieur le président

Je m’ tap’ encor’ une lettre

Que vous lirez peut-être

Si vous avez le temps,

En ce mois de juillet

De l’an deux mille dix neuf

Douce France n’a rien de neuf

A nous administrer.

Outré et courroucé

Je ne tiens plus en place

Sur mon ordi s’ déplacent

Mes index agacés,

L’appel d’un procureur

Me rend triste et amère

Et de plus la colère

Me mine l’intérieur.

Enfin, pour une fois,

La justice de France

Dans sa haute clémence

Avait fait le bon choix,

Le juge d’application

Des peines avait sans rire

Pris, évitant le pire,

La bonne décision.

Rendre la liberté

Même conditionnelle

A Xistor le rebelle

Le perpétuité,

Voilà que le parquet

Dit anti-terroriste

Rebouche net la piste

D’une paix souhaitée.

De chez nous, cette histoir’

Semble incompréhensible

Elle est presque risible

Elle châtie l’espoir,

On dirait dans l’élan

Un’ justice espagnole

Qui maintient dans ses geôles

Des élus catalans.

Un’ fois de plus j’ parie

Qu’ l’Espagn’ démocratique

A soufflé la musique

Au parquet de Paris :

Il n’ira pas dehors

Cela ferait désordre

Nous n’allons pas en démordre

Pas d’pardon pour Xistor.

Trente ans de détention

Ç’est bien payé en somme

Cela réduit un homme

Redoutable sanction

Xistor peut-il vraiment

En sortant de sa geôle

Reprendre le beau rôle

Repartir comme avant.

Vous savez parfaitement

Qu’la société civile

Seule a su rendre vil

Les arm’s, leur maniement,

Qu’ell’ ne désire plus

Le retour d’ la violence

Ses erreurs, son errance,

Des victim’s en surplus.

Cet appel outrageant

Est une insulte notoire

Pour notre territoire

Ses élus et ses gens

Un pays tout entier

Mobilisé ardemment

Unilatéralement

En faveur de la paix.

Comment consolider

Cette paix si fragile

Paix au socle d’argile

Paix toujours en chantier

Si à la même heure

La France et l’Espagne

S’amus’nt à qui perd gagne

Ou à poker menteur.

Monsieur le président

Vous avez dit récemment

On ne peut plus clairement

Dites-moi si je mens

Vous avez affirmé

L’ Pays Basque est exemplaire

Les arm’s, il a fait taire

Vrai, on a assumé.

N’avez-vous pas parlé

De n’pas, je veux bien l’croire

Faire bégayer l’Histoire

De nous accompagner

Monsieur le président

Joignez l’act’ à la parole

Le laissez pas en taule

Il y a fait son temps.