Bardos : un 106ème portrait décroché

Après, Biarritz, Ustaritz, Arcangues, Bidart, Guétary, Saint-Jean-de-Luz ou encore Saint-Pée-sur-Nivelle et Mauléon, c’est au tour de la mairie de Bardos de voir “s’envoler” son portrait présidentiel. Une opération pour dénoncer l’inaction du gouvernement face aux changements climatiques. 

Ainhoa AIZPURU|11/07/2019 14:05|0 commentaires
Capture_d%e2%80%99e%cc%81cran_2019-07-11_a%cc%80_13.40.08
Les actions menées par Bizi! se déroulent toujours dans le calme et la non-violence. ici le décrochage à Bardos. ©Bizi!

Ce jeudi 11 juillet, des militants de Bizi! sont entrés dans la mairie de Bardos afin de décrocher le portrait officiel du président de la République française. Ces actions menées par Bizi! et Action Non Violente-COP21 ont pour objectif de protester contre l’inaction du gouvernement en matière sociale et climatique.

A moins de 50 jours du sommet du G7 à Biarritz, le compte à rebours est enclenché. Ce matin, un 106ème portrait présidentiel a été décroché à la mairie de Bardos. Il ne manque donc plus que 19 "décrochages" pour atteindre l’objectif des 125 portraits, avant le prochain sommet international à Biarritz.

L’opération s’est déroulée sans incident. La salle où se trouvait le portrait d’Emmanuel Macron était vide et les activistes ont pu agir sans difficulté. Il ont placardé une affiche identique au portrait officiel à un détail près : le président de la République n’y apparait pas. Les militants pour le climat souhaitent illustrer par ce vide la politique de Macron face au péril climatique et l’urgence sociale. Une lettre a par ailleurs était laissée sur place expliquant que cette action ne vise pas la Mairie en elle-même mais bien la politique menée par le gouvernement en la matière.

En ce même jeudi, des militants d’Action Non Violente-COP21 sont venus soutenir devant l’hôtel de Police de Nancy une petite dizaine de personnes mises en garde-à-vue depuis le début de la matinée. Les gardés-à-vue sont suspectés d’avoir décroché, la semaine dernière, le portrait présidentiel dans plusieurs mairies de l’agglomération nancéienne. Malgré ces représailles, la conviction et la détermination des militants pour le climat ne semblent pas prêtes de fléchir.