“Nous condamnons avec force cette décision incompréhensible du parquet”

Le tribunal d’application des peines a accepté la requête de Frederik Haranburu, "Txistor", mais le parquet a fait appel de la décision. Élus de tous bords et acteurs impliqués dans la résolution du conflit ont salué la décision prise par le tribunal et ont dénoncé la position “incompréhensible” du procureur.

Goizeder TABERNA et Iurre BIDEGAIN|05/07/2019 15:27|1 commentaire
Guz_cpxistor_baiona_gfauveau-6
Les élus du Pays Basque ont réagi de façon inédite au recours présenté par le parquet concernant Frederik Haranburu. © Guillaume FAUVEAU

La nouvelle a été accueillie par une dizaine d’élus, des représentants des Artisans de la paix, de Bake Bidea ainsi que par son avocate. La cellule de veille ainsi constituée l’attendait depuis 14 heures, au siège de la Communauté d’agglomération Pays Basque. La décision est arrivée dans l'heure : ce vendredi 5 juillet, le tribunal d'application des peines a approuvé la demande de libération conditionnelle de Frederik Haranburu, "Txistor", mais le parquet a immédiatement fait appel de la décision. La chambre d’application des peines de la cour d’appel a deux mois pour fixer une nouvelle audience.

"Nous condamnons avec force cette décision incompréhensible du parquet". L’Artisan de la paix Michel Berhocoirigoin a pris la parole au nom de tous* et a lu un texte saluant la décision du tribunal d’application des peines et dénonçant l’attitude du procureur, selon eux, en contradiction avec le processus en cours au Pays Basque.

"Incompréhensible", le mot a été répété, serait la position du procureur qui lors de l’audience, le 7 mai, a évoqué l’idée que l’ETA pourrait redémarrer. Une idée constituant "une insulte à l’intelligence collective de ce territoire". Les acteurs politiques réunis à Bayonne ont voulu rappeler les propos positifs tenus par le président de la République lors de sa visite à Biarritz. Malgré cela, ils constatent un blocage persistant de la situation. "Nous demandons solennellement que l’Etat mette ses actes en conformité avec ses déclarations", ont-ils déclaré.

Le président de la CAPB Jean-René Etchegaray a également fait part de ce double sentiment, de satisfaction et d’injustice. Il a d’une part salué la décision "rendue au nom de la République française et au nom du peuple français". "Notre territoire est en paix avec la justice, tant avec la justice administrative que la justice pénale. Notre territoire n’est pas en paix avec le parquet", estime-t-il. Faisant référence aux raisons développées par le parquet, il craint "que le risque de radicalisation vient justement de ce type de réquisition". "Le parquet ne paraît pas être dans son rôle. Lorsque le chef de l’Etat dit que nous ne devons pas faire bégayer l’histoire, le parquet est en train de faire bégayer l’histoire".

A l’instar du maire d’Hendaye, Kotte Ecenarro, le député Vincent Bru a pris la parole par visio-conférence. Il a félicité, avant tout, cette décision "porteuse d’espoir", celle du tribunal. Et pour cause, "la décision du tribunal d'application des peines est très bonne, affirme l'avocate Maritxu Paulus Basurco, elle reprend tous nos arguments".

Le député de la sixième circonscription dit bien connaître Txistor Haranburu, un prisonnier avec un "comportement exemplaire". "Ils ne peuvent pas considérer qu’il constitue une menace pour l'ordre public. Il a une offre de travail à Saint-Pée-sur-Nivelle. Toutes les garanties sont réunies pour une libération conditionnelle", considère-t-il. Il en a profité pour rappeler la situation vécue par d'autres détenus aussi dans leur 30e année de détention : Ion Kepa Parot, ainsi que Jakes Esnal. "Je pense qu’ils ont payé. Il faut maintenant passer à une autre étape pour le Pays Basque".

Le sénateur Max Brisson, sur un ton grave, a fait part de son malaise. "Je ne peux pas comprendre que l’on puisse rester au-delà de 30 ans en prison. Je ne peux pas comprendre qu’alors que Txistor Haramboure peut demander sa libération depuis onze ans, le parquet fasse systématiquement appel. Cette décision met en doute tout le travail réalisé jusqu’à présent", regrette-t-il.

Les discussions continuent

De plus, Michel Veunac maire de Biarritz et vice-président de la CAPB a déploré "l’aveuglement du parquet" et a évoqué l’attitude à avoir face à ces situations. "A chaque fois que nous auront un obstacle de ce type, il faudra faire ce que nous faisons : nous lever, dénoncer et avancer". La conseillère régionale Emilie Dutoya a eu une pensée pour la famille de Xistor Haranburu et a exprimé son indignation et sa colère. L’incompréhension des personnes présentes est d’autant plus grande que les discussions avec le ministère de la Justice sont toujours ouvertes, les demandes de liberté conditionnelle font aussi partie des sujets abordés.

Vers 18h30 un rassemblement organisé par Bake Bidea et les Artisans de la paix a eu lieu devant la sous-préfecture de Bayonne. Les 250 personnes mobilisées ont, une fois de plus, demandé la libération de Xistor Haranburu. Une demande portée par la diversité de la société.

Rassemblement devant la sous-préfecture de Bayonne pour demander la libération de Frederik Harabuuru. © Guillaume FAUVEAU 

* Jean-René Etchegaray, président de la Communauté d’agglomération Pays Basque et maire de Bayonne, Kotte Ecenarro, vice-président de la Communauté d’agglomération et maire d'Hendaye, Alain Iriart, vice-président de la communauté d’agglomération, Michel Veunac, vice-président de la Communauté d’agglomération, maire de Biarritz et conseiller régional de la Nouvelle-Aquitaine, Vincent Bru, député, Frédérique Espagnac députée, Max Brisson député, Lucien Betbeder, président du Biltzar des maires et maire de Mendionde, Alice Leiciagueçahar, conseillère régionale de la Nouvelle-Aquitaine, Emilie Dutoya, conseillère régionale de la Nouvelle-Aquitaine, Michel Tubiana, président d'honneur de la LDH (par vidéo-conférence) et Artisan de la paix, Michel Berhocoirigoin, Artisan de la paix, Anaiz Funosas présidente de Bake Bidea et Maritxu Paulus-Basurco avocate de Xistor Haranburu. Toutes ces personnes ont participé à la gestion de cette initiative.

INFOS ASSOCIÉES