Le blocus de l’école de Mendive est levé

Les parents d’élèves du regroupement pédagogique intercommunal (RPI) d'Ahaxe-Mendive ont décidé de lever le blocus de l’école de Mendive suite à la réunion avec l’Inspection académique. Le demi-poste de français menacé devrait être maintenu.

MEDIABASK|16/05/2019 15:05|0 commentaires
251018_focus_ahaxe2
Les parents d'élèves redoutent à terme la fermeture des écoles de la vallée. © Aurore Lucas

Les parents d’élèves de la vallée d’Hergaray qui bloquaient l’école de Mendive ont décidé de mettre fin au blocage. Lors d’une réunion avec l’inspection d'académie, ils ont obtenu le maintien du demi-poste de français qui était menacé. Ils dénoncent cependant que la décision ait uniquement été prise grâce à l’augmentation du nombre d’élèves.

En effet, plusieurs familles ont décidé de s’installer dans la vallée, le nombre d’élèves sera ainsi en hausse à la rentrée prochaine, passant de 37 à 40. C’est seulement en raison de cette hausse que le demi-poste en question est réattribué. Ils se disent reconnaissants envers ces nouveaux venus et leur choix de scolariser leurs enfants dans le public bilingue.

Cependant, le bilan n’est pas complètement positif pour eux. En effet, ils constatent que la seule logique que suit l’Inspection est celle des chiffres, sans aucune autre considération. Ils dénoncent "une logique de tableaux Excell", ou seules quelques données approximatives sont tenues en compte à l’heure de la prise de décision.

Les parents vont plus loin et dénoncent la volonté de l’Education nationale d’étouffer les filières bilingues pour des raisons politiques. L’immersion en basque serait un succès qui déplairait aux décideurs, d’où leur volonté de la diminuer peu à peu. De plus, ils regrettent que les écoles rurales soient doublement pénalisées car elles finissent par être démantelées afin d’assurer les promesses de dédoublement de classes en milieu urbain.

Les parents d’élèves du RPI de Ahaxe-Mendive ont décidé de mettre fin à leur blocage pour ne pas nuire à la scolarisation de leurs enfants. Ils ont obtenu, momentanément, gain de cause mais ils resteront vigilants pour dénoncer toute tentative de réduction des moyens alloués à cette école bas-navarraise.