Une marche pour passer du discours aux actes

Bizi! rejoint le mouvement organisé au niveau mondial et organise une marche pour le climat, ce samedi 16 mars à Anglet. Au Pays Basque Nord, la mobilisation a pour objectif d'interpeller les dirigeants locaux, notamment sur la question des politiques de transports.

Iurre Bidegain|15/03/2019 06:55|0 commentaires
Guz_marche_climat_bizi_baiona_imiquelestorena03
Mobilisation à Bayonne pour "faire sonner l'alarme climatique".©I.MIQUELESTORENA

"Nous sommes tous d’accord pour le climat. Le problème, c’est qu’on ne peut pas continuer avec des discours, il faut des actes". Ce sont les propos de Jean-Noël Etcheverry, "Txetx", porte-parole du mouvement Bizi! organisateur de la marche pour le climat du samedi 16 mars à Anglet. La ville n’a pas été choisie au hasard. Son maire, Claude Olive, est également le président du Syndicat des mobilités du Pays Basque.

Bizi! considère qu'il est "un partisan du tout voiture". "Il ne veut absolument pas reculer la place de la voiture individuelle au quotidien. Aujourd’hui, les responsables ne sont pas du tout cohérents avec les objectifs d’une transition climatique et énergétique. C’est inacceptable. Tout doit bouger", regrette Txetx.

A travers la mobilisation, Bizi! veut dénoncer qu’une bonne partie de la politique des transports et des mobilités va dans la direction "opposée". Malgré la COP 21, il déplore l'aggravation de l'évolution du climat. La marche organisée au niveau mondial interpelle les dirigeants nationaux, mais aussi locaux, car leur politique "n’est pas à la hauteur".

"Les trains de nuit sont supprimés, l’aéroport de Biarritz vient d’avoir de nouveaux travaux…" Des exemples parmi d'autres cités par le mouvement, celui qui les "choque le plus" concerne les travaux Tram'bus en cours sur le BAB.

"On voit des avenues entières qui sont rénovées sans que ne soient prévues des voies pour les vélos. Un trajet sur deux en ville est de moins de 3 kilomètres. Beaucoup de trajets pourraient être remplacés par des trajets en vélo", souligne l'écologiste.

"On se fout de nous"

Selon lui, le projet du Tram'bus était prévu avec beaucoup d’ambition, mais l’ambition a "reculé". Dans l’emblématique avenue de la Reine Victoria de Biarritz, il dénonce que le budget a servi à faire une avenue sans quasiment aucune place pour les bus ni les vélos. "On voit qu’on se fout de nous. Il y a des grands discours, mais pas d'actes", relève-t-il.

Le porte-parole dénonce l’illégalité de certains travaux réalisés. Pour cela, il cite l’article L228-2 du Code de l’environnement qui exige qu"à l’occasion des réalisations ou des rénovations des voies urbaines (…) doivent être mis au point des itinéraires cyclables pourvus d’aménagements sous forme de pistes, marquages au sol ou couloirs indépendants, en fonction des besoins et contraintes de la circulation".

La marche débutera à 10h30 au rond-point du Cadran. Plusieurs associations telles que Txirrindola, Surfrider Basque, le Cade Pays Basque et les cheminots de la CGT y participeront. Elle traversera l’avenue de Bayonne qui, selon Bizi!, symbolise très bien ces rénovations où on ne trouverait aucun passage pour circuler à vélo. L’association souligne qu’actuellement, l’usage du vélo est "catastrophique". En effet, seuls 2 % des citoyens utilisent ce moyen de transport. Un moyen qui permettrait pourtant de diminuer les embouteillages et la pollution de l’air, tout en étant positif pour la santé de chacun.

INFOS ASSOCIÉES