Barthélémy Aguerre très “à cheval” sur l'innocence de Poujol

Barthélémy Aguerre, l'ancien président du conseil d’administration de Spanghero, prend la défense de son directeur impliqué dans le cas de fraude à la viande de cheval.

AINHOA AIZPURU|31/01/2019 14:55|0 commentaires
Jpb_indar_04-300
Barthémély Aguerre est appelé à témoigner dans le procès contre Jacques Poujol et Patrice Monguillon qui se déroule actuellement à Paris.

L’ancien président du conseil d’administration de Spanghero et ancien dirigeant historique de Lur Berri, Barthélémy Aguerre, est actuellement entendu en tant que témoin dans le procès de la fraude à la viande de cheval. Il a pris la défense de son ancien directeur Jacques Poujol.

Joint par MEDIABASK, B. Aguerre ne semble pas disposé à communiquer : "Je me suis déjà assez exprimé dans le temps, je ne souhaite pas parler à la presse". Finalement, il nous aura livré quelques propos et notamment pour répéter son innocence. "Je n’y suis pour rien dans cette affaire. Je n’étais pas au courant, les autres non plus, le directeur non plus, et Lur Berri non plus".

Barthélémy Aguerre s’estime être une vraie victime de l’entreprise néerlandaise qui vendait la viande à Spanghero. "Spanghero est une victime, ses salariés aussi, moi aussi, et Lur Berri aussi". D’autre part, interrogé sur ce qu’on pense à Lur Berri de l’affaire, il commente : "On n’en pense rien à Lur Berri. Pour Lur Berri, c’est fini cette histoire".

Selon France 3 Occitanie, J. Poujol aurait bénéficié d’une prime de 100 000 euros. Aguerre confirme en effet le versement d’une prime l’estimant "tout à fait normale car il redressait bien l’entreprise".

Une fraude à l’échelle européenne

Pour rappel, le scandale de la viande de cheval a éclaté en 2013 quand a été découverte une fraude à l’échelle européenne faisant passer de la viande de cheval pour de la viande de boeuf, en modifiant l’étiquetage présent sur les lots de marchandise. Diverses entreprises européennes sont impliquées à tous les niveaux de la chaîne de commerce alimentaire.

Elles faisaient passer de la viande de cheval plus chère pour de la viande de boeuf. En novembre 2014, l’enquête concluait sur la mise en examen de deux responsables de la société Spanghero et de deux intermédiaires commerciaux néerlandais. Spanghero appartenait à la coopérative Lur Berri à l’époque des faits. Son président de l'époque, Barthélémy Aguerre, n'a pas été inquiété par la justice française. Il a été appelé à témoigner au procès qui a lieu en ce moment à Paris, cité par la défense.

INFOS ASSOCIÉES