Herri Berri présente un contre-projet pour l'îlot Foch

Le groupe d'opposition à la mairie de Saint-Jean-de-Luz souhaite notamment une meilleure mobilité et une plus grande végétalisation de l'espace.

Xan Idiart|11/10/2018 15:21|0 commentaires
Img_4145
Les élus d'Herri Berri ont présenté leur projet alternatif pour l'îlot Foch à la presse ce 6 octobre.

Peio Etcheverry-Ainchart est clair : "le but n'est pas de remettre en cause l'ensemble du projet de l'îlot Foch, mais simplement de participer à son amélioration". Lui et trois autres membres du groupe d'opposition Herri Berri à Saint-Jean-de-Luz, Yvette Debarbieux, Pascal Lafitte et Alain Duclercq ont donc présenté un projet alternatif ce samedi 6 octobre. Il contient quatre axes majeurs : la mobilité et le stationnement, la végétalisation, le développement de l'activité économique et de loisir, et la politique de logement.

Le projet actuel d'aménagement de l'îlot Foch souhaite la construction d'un parking souterrain. Herri Berri n'est pas forcément contre, mais ne veut pas que cette infrastructure se transforme en "nouvel aspirateur à voitures". Pour le groupe abertzale, il devra en priorité servir les habitants de la commune et les personnes qui se rendent à Saint-Jean-de-Luz dans le cadre de leur travail. Le groupe a également rappelé que 60% des voitures ne font que traverser la ville et demande qu'à l'avenir, elles passent par l'autoroute pour contourner le centre-ville.

Herri Berri voudrait aussi voir plus d'espaces verts. Le groupe imagine "une végétalisation de l'ensemble du square Verdun", avec des plantations de différentes espèces de végétaux. Cet espace pourrait être un lieu de repos, un lieu où l'on respire. Le projet de la mairie favorise, lui, des zones de pierre naturelle, mais selon Herri Berri, il sera difficile aux habitants de s'approprier l'endroit. Et en été, le manque d'ombre pourrait être un facteur négatif. "Avec le réchauffement climatique, il y a surtout un réchauffement urbain" certifie Yvette Debarbieux.

Un fronton près du port

La végétalisation veut à long terme pousser les riverains à s'approprier ces espaces. Herri Berri désire faire de même avec les lieux de loisir, et la création d'un fronton près d'un de ces espaces verts et du port. Le groupe voudrait voir également les commerces se réapproprier le centre-ville, une place de plus en plus occupée par des services comme les banques ou les agences immobilières.

Le projet actuel de l'îlot Foch met en avant la construction de logements. Environ la moitié devrait être du logement social. Mais Herri Berri assure : "nous resterons vigilants, afin qu'il n'y ait pas une majorité de T1 en logement social et des T4 ou T5 en autres logements".

"Le projet de l'îlot Foch doit être l'occasion de nous saisir de certaines opportunités" avance Peio Etcheverry-Ainchart. Derrière la médiathèque de Saint-Jean-de-Luz, rue Moco, un immeuble doit être mis à la vente, suite à un décès. Le bâtiment est vide depuis plusieurs années, et des promoteurs immobiliers risquent de se jeter sur le bien pour l'acquérir. "Nous demandons à ce que la mairie exerce son droit de préemption. Le bâtiment pourrait peut-être servir à la médiathèque" avance Yvette Debarbieux. "Elle est exigüe, et ses stocks se trouvent très loin, vers Saint-Pée-sur-Nivelle. Ça les aiderait".

L'immeuble vide derrière la médiathèque de Saint-Jean-de-Luz rue Moco. © Aurore Lucas