Les parents des jeunes d'Altsasu lanceront le “txupinazo pirata”

Entre les fêtes de Gasteiz et celles de Bilbo, Aste Nagusia ou la Semana Grande de Donostia se tiendra la semaine prochaine dans la capitale du Gipuzkoa. Cette année, le "txupinazo pirata" sera lancé par les parents des jeunes condamnés d’Altsasu. Un choix qui provoque l'indignation de Covite, une des associations des victimes du terrorisme.

MEDIABASK|09/08/2018 10:35|0 commentaires
Donostia-abordatzen
D'autres années, le txupinazo a été lancé par le mouvement en faveur de l'avortement, celui d'aide aux réfugiés ou encore en soutien au journal de Donostia en langue basque. Juan Carlos RUIZ/FOKU

Cette année, le collectif Donostiako Piratak a désigné les parents des jeunes de la localité navarraise d’Altsasu (Navarre), condamnés à des peines entre deux et treize années de prison pour avoir participé à une bagarre de fin de nuit contre des gardes civils, afin de lancer le maintenant célèbre "abordage pirate". La nouvelle a entraîné le mécontentement de l'association Covite.

Du 11 au 18 août se déroulera Aste Nagusia, la Semana Grande, de Donostia qui associe le concours international de feux d’artifice, les courses de chevaux à l’hippodrome, une programmation musicale de choix et de nombreuses activités ludiques et festives pour les petits et les grands. Depuis le début des années 2 000, cette semaine de fêtes est marquée par "l’abordage pirate" : un mouvement local en faveur des fêtes populaires et de la réappropriation de l’espace public. L'événement consiste à aborder la ville sur des radeaux de fortune construits par les jeunes Donostiar.

Cette année, le collectif Donostiako Piratak a choisi les parents des jeunes condamnés d’Altsasu pour lancer la fusée qui marque le début des festivités, samedi prochain, à 19 heures. Ainsi, les familles des jeunes emprisonnés représenteront le personnage de Matti, qui comme tous les ans, symbolise une revendication issue des valeurs portées par le mouvement. L'année 2018 sera dédiée à la défense des droits fondamentaux humains. Donostiako Piratak tient ainsi à montrer son soutien et sa solidarité envers les neuf jeunes d’Altsasu emprisonnés et leurs familles. De leur côté, les parents ont exprimé leur "joie" d'avoir été choisis pour cette occasion et ont déclaré qu'ils espèraient que cela permette "d'unir les forces pour construire une société libre".

Ouvertement contre ce choix

L’association des victimes de terrorisme (Covite) s’est montrée ouvertement contre le choix du collectif Donostiako Piratak. Elle a demandé, mardi dernier, au maire de Donostia d’intervenir afin que les parents des jeunes d’Altsasu ne soient pas les protagonistes du lancer du "txupinazo pirata". Elle a de plus déclaré qu’elle n'hésiterait pas à se saisir de la Justice si le collectif Donostiako Piratak ne renonce pas à changer de protagonistes de l'événement. L’association des victimes a par ailleurs sollicité le représentant du gouvernement espagnol au Pays Basque, Jesus Loza, lui demandant de se prononcer contre "cette nouvelle humiliation pour les vraies victimes du terrorisme".