Biarritz : François Amigorena pose un ultimatum au maire

En cette journée de conseil municipal à Biarritz, l'adjoint François Amigorena appelle Michel Veunac à revoir ses méthodes et à relancer une dynamique positive pour Biarritz.

Bénédicte SAINT-ANDRE|15/02/2018 07:35|0 commentaires
Capture_d_cran_2018-02-14_19.28.58
François Amigorena, dénonce une action "largement hors-sol et sans véritable vision". © DR

L'ambiance s'annonce tendue ce soir au sein de la majorité biarrote, alors que les élus auront à débattre des orientations budgétaires pour 2018. Enumérant la liste des dossiers polémiques sous lesquels ploie Biarritz ces derniers mois - hôtel du Palais, piscine d’Aguilera, aménagement de la Côte des Basques et de Marbella, vente des terrains Bigueyrie, nouveau dispositif de stationnement, démission du président du festival Biarritz Amérique Latine- l'élu au numérique François Amigorena qui s'est déjà illustré pour ses divergences avec Michel Veunac accentue la pression sur l'édile, dénonçant une "sérieuse déconnexion entre les citoyens et la municipalité, par manque d’écoute et de dialogue".

Il légitime par ailleurs les différentes frondes traduites en diverses pétitions : 6 500 signataires pour le nouveau plan de stationnement, 8 000 pour l'aménagement de la plage Marbella. "La plupart des attentes ainsi exprimées sont très recevables et je partage les inquiétudes de ceux qui les formulent : la priorité d’une ville comme Biarritz doit être de préserver ses plages, un plan de stationnement ne doit pas mettre en péril l’activité économique du centre-ville, l’argent des contribuables doit être utilisé avec respect et efficacité", déclare-t-il. 

C'est le plan de stationnement qui semble avoir définitivement mis le feu aux poudres et François Amigorena est le second élu à se désolidariser publiquement de la majorité sur ce dossier. Avant lui, Edouard Chazouillères, adjoint au commerce, avait appelé à une refonte du nouveau système. Tous deux exigent un moratoire sur le sujet. Les trois leaders de la majorité  Michel Veunac, Guy Lafite et Guillaume Barucq avaient néanmoins choisi de s'afficher unis autour du pacte de majorité chez nos confrères de Sud Ouest. François Amigorena estime pourtant de pas être isolé dans son ras-le-bol, même si d'autres ne l'expriment pas publiquement.