Des acteurs locaux souhaitent poursuivre l'initiative de Louhossoa

Des acteurs issus de mouvements sociaux et politiques se sont engagés à poursuivre le processus lancé à Louhossoa ce 16 décembre.

Mediabask|17/12/2016 14:59
Guz_bagoaz_bobedme101
Syndicalistes, élus, représentants de partis et acteurs du processus de paix se sont retrouvés à Bayonne. © Bob EDME

Les interpellations réalisées à Louhossoa vendredi n’auront rien arrêté, "bien au contraire". La quarantaine d’acteurs sociaux et politiques réunis à Bayonne se sont engagés à prendre le relai du processus amorcé par les personnes arrêtées. A savoir mener à terme la destruction de l’arsenal militaire d’ETA.

"Ils ont arrêté cinq artisans de la paix, aujourd’hui, vous avez devant vous les nouveaux artisans de la paix", a lancé Anaiz Funosas la représentante du mouvement citoyen Bake Bidea devant la presse. En ce sens, elle a appelé à participer à la manifestation organisée ce samedi à Bayonne (16 heures, depuis la Place des Basques) et à défiler derrière le sloggan "Bakearen alde, liberté pour les artisans de la paix".

Elle a ensuite lu le texte recueillant la philosophie de l’engagement de Michel Tubiana, Michel Berhocoirigoin et Jean-Nöel Etcheverry, daté du 25 octobre 2016. Une façon d’exprimer la volonté de s’approprier l’ensemble des principes qui a guidé les personnes interpellées vendredi, ainsi que Michel Tubiana qui ne se trouvait pas sur les lieux lors de l’opération.

Après cette déclaration d’intention, les personnes présentes ont annoncé une réunion qui aura lieu lundi prochain à Bayonne ouverte aux acteurs sociaux et aux élus des sept provinces du Pays Basque, afin se mettre d’accord sur la suite à donner aux événements.

Résolution du conflit

Le représentant du syndicat ELA, Xabi Anza, a rappelé que le Pays Basque est entrée dans une nouvelle phase, une nouvelle vie, après l’arrêt de la lutte armée par ETA. Pour cela, a-t-il souligné, "il est nécessaire que la société civile s’implique, que les Etats s’impliquent".

Un processus de paix devrait se traduire, selon lui, par le désarmement d’ETA, la reconnaissance des victimes et la réparation des torts causés, la résolution des causes du conflit et le rapprochement des détenus.

INFOS ASSOCIÉES