NON, un long-métrage comme on n'en fait plus

Film choral réalisé par Ximun Fuchs et Eñaut Castagnet, NON est avant tout une histoire d'amitié, devant et derrière la caméra.

Bénédicte Saint-André|20/04/2016 08:10|0 commentaires
Tdp
Les acteurs en répétition © PTDP

NON est une première pour ses acteurs, terme à prendre au sens large tant ce long-métrage relève de l'expérience cinématographique. Et c'est avec fougue que le Petit Théâtre de Pain, avec Ximun Fuchs à l'écriture du scénario, Eñaut Castagnet à la réalisation, Aldudarrak Bideo à la production et Derrière le Hublot côté logistique se lancent dans l'aventure, humaine.

Toute l'équipe débutera le tournage ce mercredi 20 avril à Capdenac, dans l'Aveyron, où est basé Derrière le Hublot. Elle aura trois semaines pour boucler les images. En effet ce projet, faute de moyens, ne suit pas les circuits classiques. "On est riche humainement, même si on n'a pas beaucoup de ronds", confie Eñaut Castagnet. Désormais reconnus dans leur domaine, ils ont tous entendu cette phrase au début : "C'est un beau projet mais vous n'y arriverez jamais". Alors une nouvelle fois, ils ont décidé d'y aller, entre copains et passionnés.

Le film démarre à la fin d'un conflit social. Les salariés mis au ban de leur entreprise fêtent la fin de la bataille, si l'on peut dire. Certains se réjouissent de la prime, livrent des fragments de rêves, turbulences hédonistes happées par un quotidien miséreux. D'autres au contraire regrettent l'énergie dépensée pour en arriver là. On boit, on fume, on s'engueule gentiment. Puis Bruno, incarné par Ximun Fuchs, rentre chez lui avec sa famille et se fait arrêter par la gendarmerie. Doit présenter ses papiers et souffler dans le ballon. Alors, il pose le NON, détonateur du film.

Ce NON, tel un slogan intime,  va déclencher chez lui une propension au pétage de plomb. Ses réactions en chaîne, évoquant les Nouveaux Sauvages et qu'on imagine déjà jubilatoires pour le spectateur, vont interroger les potes, les très proches, les cinq doigts de la main. Car l'amitié, tel est le vrai sujet du film dont on ne peut, encore, livrer toutes les clés.

"C'est un rêve de gosse qui se réalise. Comme certains veulent être astronautes, moi je m'apprête à aller sur la Lune", livre E. Castagnet. Les comètes, elles, n'ont besoin que de quelques jours pour briller et marquer, longtemps, les esprits. 

En mise en bouche, quelques images des répétitions...