Le CADE toujours opposé à l’interconnexion électrique dans le Golfe de Gascogne

Le Collectif d'associations de défense de l'environnement (CADE) s’est de nouveau opposé au projet d’interconnexion entre la Gironde et Bizkaia. Selon lui, la ligne électrique franchissant 85 kilomètres de Cubnezais en Gironde et Gatika au Pays Basque Sud aurait de véritables dommages collatéraux, et provoquerait des dégâts environnementaux et sanitaires.

Mediabask|2019/07/11 17:50|0 iruzkin
Capture_d%e2%80%99e%cc%81cran_2019-07-09_a%cc%80_16.45.13
L'interconnexion électrique doit relier la Gironde à Bizkaia..

"Ces interconnexions sont inutiles, hors de prix et nuisibles !". Le CADE maintient sa position contre le projet d'une interconnexion électrique sous-marine et souterraine entre la France et Bizkaia. Un projet validé en mai 2018 et qui selon l’association s’appuie sur une décision non-contraignante du Conseil européen.

Le CADE ainsi que d’autre membres du Réseau de soutien mutuel en réponse aux méga-projets énergétiques soulèvent plusieurs arguments à l’encontre de la réalisation du projet. D’un côté, ils souligne que les Etats français et espagnol ont déjà une capacité électrique "excédentaire". L’interconnexion actuelle reste "largement suffisante et récemment accrue".

Les compagnies électriques privées espagnoles achètent de l’électricité d’origine nucléaire à la France, le prix étant bien plus bas qu’en Espagne. "En achetant de l’électricité (82 % du temps) et en la revendant plus cher en Espagne, les opérateurs espagnols font une marge importante aux dépens du consommateur. C’est de la pure spéculation", regrettent-ils.

Ils déplorent également que ce projet ne sorte pas du nucléaire et ne déploie pas une véritable politique d'énergie renouvelable. Ils expliquent que de nombreuses études ont démontré que les lignes THT entrainent de véritables conséquences pour la santé, en raison de sa pollution électromagnétique. Ils provoquent "des dégâts environnementaux" et causent "un impact significatif sur les paysages".

Le CADE exige du Gouvernement qu'il continue à développer et inciter les énergies renouvelables. Il priorise la piste des économies d’énergie afin de diminuer la consommation stable. "Nous souhaitons un arrêt progressif du nucléaire", conclut-il.