L’“Euskal Pass” arrive au Pays Basque Nord

Décliné en deux cartes “week-end” et “séjour”, le nouveau pass donne accès à une quarantaine de sites et visites guidées du Pays Basque Nord, moyennant 17 à 27 euros. Une formule économique proposée aux visiteurs étrangers comme aux visiteurs locaux, un public auquel l’Office de tourisme souhaite particulièrement s’adresser. Via un partenariat avec l’Eusko, l’objectif est aussi de mettre l’économie du tourisme au service du territoire.

Anaiz Aguirre Olhagaray|2019/07/11 15:00|0 iruzkin
Guz_baratzebotanikoan_dlohizune_gfauveau-1
L'Euskal Pass donne accès au Jardin botanique de Saint-Jean-de-Luz. © Guillaume FAUVEAU

Le Pays Basque Nord a son “Euskal Pass”. À l’instar des “City Pass” des grandes métropoles européennes, le principe est de permettre aux visiteurs d’ici ou d’ailleurs, d’accéder grâce à une seule carte à une quarantaine de sites et de visites guidées du territoire. Une nouvelle carte touristique du territoire a également été éditée, dont une version interactive est accessible sur le site internet nouvellement créé : www.euskalpass.com.

L’Euskal Pass offre deux possibilités : la version “week-end”, valable en réalité 48 heures, quel que soit le jour de la semaine, et la version “séjour” valable pendant trois jours (consécutifs ou non) sur une durée de 14 jours, à compter de la première visite. La première variante coûte 17 euros (12 euros pour les enfants) et la seconde est au tarif de 27 euros (18 euros pour les enfants).

Le pass est totalement dématérialisé, même s’il est disponible sur support physique pour les personnes qui le souhaitent. Une fois activé, l’Euskal Pass donne un accès libre et gratuit à des établissement de la côte basque tels que la Cité de l’Océan (Biarritz), le Musée basque (Bayonne) mais aussi à des sites en Pays Basque intérieur, comme l’église de l’Hôpital Saint-Blaise ou la grotte de la Verna, à Sainte-Engrâce.

Accroître l’attractivité des zones rurales et de montagne et mieux répartir le flux de visiteurs dans l’espace et dans le temps, afin que le développement touristique soit durable, telle est la feuille de route de la Communauté d’agglomération Pays Basque (CAPB), explique Daniel Olçomendy, conseiller délégué en charge du tourisme.

"Les premiers visiteurs du Pays Basque sont les Basques", affirme-t-il. Sa vision du développement touristique est que ce dernier doit d’abord et avant tout rendre service à la population locale. "On ne crée rien pour le visiteur, on crée pour l’habitant" assure-t-il. "A travers les mobilités, l’habitat, l’hébergement… En structurant davantage ce territoire, il devient de fait plus attractif" estime-t-il.

"Il s’agit du premier étage de la fusée", annonce Nicolas Martin, directeur de l’Office de tourisme Pays Basque. À terme, l’organisme envisage de nouer des partenariats avec des structures d’hébergement mais aussi, d’ici deux ans, avec le Syndicat des mobilités qui, lui-même, prévoit de mettre en place une carte unique de transports sous la marque Txik Txak.

Vacances en eusko

La monnaie locale basque se lance dans une nouvelle aventure : les enveloppes "Vacances en eusko". Ces dernières seront proposées aux vacanciers dans l’ensemble des 18 offices de tourisme du territoire, au tarif de 20 euros ou 50 euros. Elles contiendront un jeu de billets pour un montant total de 18 ou 48 eusko, une carte d’adhésion provisoire d’une valeur de deux euros, ainsi qu’un guide des commerces, producteurs, activités de loisirs, marchés acceptant l’eusko sur le territoire du bureau de l’Office.

Un mini lexique de conversation en basque viendra compléter ce kit du visiteur responsable. Pour Dante Edme, directeur d’Euskal Moneta, il s’agit de faire participer les visiteurs à la relocalisation de l’économie, et ainsi à la défense de l’emploi et de l’environnement, tout en contribuant à la sauvegarde de la langue basque.