BAB : ça ne roule pas vraiment pour les piétons et les vélos

L’association AVAP (Allons à vélo, allons à pied) a exposé son point de vue sur les politiques de mobilité actuelles et futures de l’agglomération bayonnaise. Un constat dur et bien documenté qui laisse planer le doute sur la sincérité de l’engagement des élus envers la mobilité durable.

MEDIABASK|2019/07/10 15:00|0 iruzkin
Capture_d%e2%80%99e%cc%81cran_2019-05-31_a%cc%80_13.08.25
Même si personne ne conteste formellement le soutien aux mobilités douces, la mise en pratique paraît moins évidente. ©Lesvieuxvélos

La mobilité, et en particulier le partage de l’espace entre voitures, transports publics et vélos, est un sujet qui a déjà fait polémique à plusieurs reprises au Pays Basque. Dans son bilan sur la situation de Bayonne et son agglomération, l’association AVAP brosse un portrait bien éloigné du triomphalisme de certains élus basques.

Le projet AVAP est né en réaction aux travaux qui, depuis 2016, sont en œuvre pour faire de la place au Tram’bus dans l’agglomération bayonnaise. D’après AVAP, cette démarche se fait au détriment des piétons et des cyclistes, privilégiant toujours le transport motorisé. En plus de la pollution qui touche tout le monde, cette tendance porte selon l’association particulièrement préjudice aux secteurs les plus vulnérables de la société, que ce soient les enfants ou les personnes plus âgées.

D’une manière générale, AVAP dénonce "l'absence de politique cyclable dans l'agglomération bayonnaise, notamment lors des travaux de voirie nécessaires à la création de deux lignes de bus à haut niveau de service (BHNS)". L’association énumère ainsi dans un document de référence un grand nombre de manquements, de questions à régler ou de textes légaux peu ou pas appliqués.

Parmi les exemples les plus flagrants, AVAP retient l'aveu par la Communauté d’agglomération de son incapacité à assurer le suivi et l'évaluation des différentes mesures de réduction des émissions de GES et des polluants atmosphériques, le refus de réaliser les aménagements prévus dans le plan de déplacements urbains, la mise en place d’une communication trompeuse qui cache la dangerosité et précarité de nombre d’aménagements, la manipulation des données du comptage trafic ou encore le manque de respect de la règlementation dans nombre d’aménagements réalisés.

Face à cet amer constat, l'association "Allons à vélo, allons à pied" propose des mesures afin de répondre véritablement aux enjeux de l’agglomération bayonnaise en termes de mobilités. Ces dernières passeraient par la formation des techniciens et des élus, la participation citoyenne et la transparence, la mise en place d’un observatoire indépendant, de même que le fait de fixer un objectif stratégique d'une cyclabilité et d'une marchabilité de 100% pour l'ensemble des voiries à l'exception des autoroutes et des voies rapides.

Le document référentiel d’AVAP est accessible ici