Ustaritz : le collectif contre le PLU s’invite au conseil municipal

Une centaine d’Uztariztar ont pénétré en silence dans la salle où se tenait le conseil municipal, tout juste débuté. Alors que leur représentant tentait une prise de parole, le maire Bruno Carrère leur a prié de quitter la salle, avant de déclarer la séance en huis clos. Dehors, le collectif a dénoncé un “déni de démocratie”.

Anaiz Aguirre Olhagaray|2019/06/28 07:00|0 iruzkin
Guz_conseilmunicipal_ustaritz_gfauveau-5
Une pétition regroupant 380 signatures sera soumise au maire ce vendredi. ©Guillaume Fauveau

La colère gronde chez les Uztariztar. Alors que le conseil municipal démarrait à peine ce jeudi soir, une centaine d’habitants d’Ustaritz sont entrés dans la salle municipale, sans mot dire et munis d’affichettes aux messages tels que : "Nous voulons un moratoire". Le collectif opposé au plan local d’urbanisme dénonce un "déni de démocratie" de la part du maire, et prévoit même une éventuelle action en justice.

Georges Colomar, porte-parole du collectif, aurait bien souhaité bénéficier d'un petit temps de parole pour s’exprimer devant le maire. Il n’en a pas été ainsi. Après quelques minutes de présence silencieuse dans la salle, les opposants au PLU ont commencé à intervenir en demandant la parole, sans y être autorisés. Ils ont donc été sommés d’évacuer la salle, et se sont donc rassemblés devant le parvis de la mairie, sous la chaleur torride.

"Nous avons demandé à prendre la parole ne serait-ce qu’une minute. Ça a été non, et le maire a demandé le huis clos. C’est symptomatique de l’attitude de cette majorité, qui a pourtant déclaré qu’elle gouvernerait autrement, surtout en matière d’urbanisme. C’est une fuite", estime Georges Colomar. "Je pensais que cette majorité pourrait au moins accéder à cette demande : expliquer ce qu’ils ont voulu faire".

"Aucun des PLU en cours ou approuvé des communes de la petite couronne de la Communauté d'agglomération Pays Basque (CAPB) n’a procédé de la sorte, avec une intervention aussi grave et violente dans le patrimoine de ses administrés", aurait ainsi souhaité communiquer l’Uztariztar à son édile.

Ce vendredi 28 juin, le collectif soumettra au maire Bruno Carrère la pétition qui a recueilli 380 signatures. Les opposants envisagent également de rencontrer Marie-José Mialocq, chargée de l’urbanisme à la CAPB. Ils appellent leurs sympathisants à participer à l’enquête publique, démarrée le 25 juin, et en cours jusqu’au 26 juillet. Une rencontre est d’ailleurs prévue le 9 juillet entre les membres du collectif et le commissaire-enquêteur.