Jean-Michel Blanquer répond "aux bobards"

Alors que plusieurs établissements publics ont fermé leurs portes en guise de protestation face à la réforme "pour une école de la confiance", le ministre de l’Education nationale s’est exprimé au micro de France Inter ce 11 avril pour répondre "aux bobards".

Mediabask|2019/04/15 10:30|0 iruzkin
Guz_blanquer_bobedme104
Jean-Michel Blanquer est revenu sur la place des directeurs d'école dans sa réforme. ©Bob EDME

Beaucoup d’établissements scolaires publics ont mené des actions "écoles mortes" ces derniers jours dans l’Hexagone. Au Pays Basque, les écoles d’Estérençuby, Saint-Michel, Larceveau et Came par exemple se sont mobilisées. Invité de l’émission "Le Téléphone sonne" sur France Inter ce 11 avril, le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer a répondu aux inquiétudes des parents et enseignants.

La disparition des directeurs d’écoles, remplacés par les proviseurs de collèges est "un bobard" selon le ministre. Cette fusion ne se ferait que sur la base du volontariat et non au détriment des écoles rurales. "Il n'a jamais été envisagé d'avoir une politique de persécution des écoles rurales et des directeurs d'écoles", a-t-il assuré. Et dans le cas où les fusions auraient lieu, les directeurs d’écoles ne disparaîtraient pas et pourraient devenir proviseurs adjoints. Le ministre a déploré une mobilisation face à une mesure "qui n’existe pas", pour laquelle des enfants ont été déscolarisés.

Parmi les autres sujets évoqués, Jean-Michel Blanquer a confirmé l’école obligatoire à trois ans dès la rentrée 2019. Ainsi, 26 000 enfants de plus devraient rejoindre les bancs de l’école. Dans le secondaire, une deuxième heure supplémentaire sera bien mise en place.