Opération école morte à Saint-Michel et Esterençuby

Les parents d'élèves ont décidé d'occuper les deux établissements ce 11 avril pour protester contre la loi Blanquer.

Xan Idiart|2019/04/10 16:53|0 iruzkin
Capture_d%e2%80%99e%cc%81cran_2019-04-09_a%cc%80_20.11.05
L'école d'Estérençuby sera bloquée ce 11 avril.

Les cours dans les écoles publiques de Saint-Michel et d'Esterençuby vont être perturbés ce 11 avril. Les parents des 31 élèves scolarisés ont décidé d'organiser une opération "école morte". L'établissement de Saint-Michel sera occupé le matin, et celui d'Esterençuby l'après-midi. Ces deux écoles sont en regroupement pédagogique intercommunal (RPI). Objectif : protester contre la loi Blanquer qui doit être votée au sénat mi-mai, après avoir été approuvée à l'Assemblée nationale en février dernier.

"Beaucoup d'aspects nous inquiètent dans cette réforme", assure Sandrine Cottar, membre de l'association des parents d'élèves (APE). Parmi les sources de tracas, la possible disparition des directeurs d'écoles. Ils seraient remplacés par ceux des collèges. Concrètement, le directeur de la Citadelle de Saint-Jean-Pied-de-Port pourrait prendre la direction des petites écoles dans les villages alentours.

"On veut garder une directrice proche des enfants", s'insurge Sandrine Cottar. La réforme de l'Education voudrait également envoyer les enfants de CM1 et CM2 étudier au collège. "Cela ne nous semble pas pertinent. Il faut garder des petites classes pour cette tranche d'âge, le collège arrive déjà assez vite comme ça".

Les parents d'élèves de Saint-Michel et d'Esterençuby appellent maintenant les autres établissements du canton de Garazi et d'ailleurs à se mobiliser. "S'il le faut, nous poursuivrons le mouvement longtemps", certifie cette membre de l'APE. "On ne laissera pas les enseignants se battre tout seuls".