Le lycée du Pays de Soule en grève ce vendredi matin

Enseignants, élèves et professionnels souletins se rassemblent devant le lycée pour protester contre la suppression de poste du chef des travaux du lycée du Pays de Soule.

Christophe DE PRADA|mediabask|0 iruzkin
0404_p17_profs
Les professeurs du lycée du Pays de Soule soutiennent le poste. © C. De PRADA

La décision du Rectorat de Bordeaux de supprimer le poste de DDFPT (anciennement chef des travaux) du lycée du Pays de Soule, n’est pas au goût des enseignants et des chefs d’entreprises souletins. “Cela met en péril non seulement tout le lycée, parce que le chef des travaux est un poste clé pour le bon fonctionnement d’un établissement, mais également toute la filière économique mise en place depuis des années sur tout le territoire” constate Pascal Arnould, professeur au lycée.

Celui-ci poursuit en pointant du doigt “une décision déconnectée de la réalité locale”. Il explique : “Macron veut supprimer 120 000 postes de fonctionnaires. C’est une logique purement comptable. Il juge qu’un petit lycée d’un territoire rural n’a pas besoin de chef des travaux. C’est inacceptable et incohérent, car celui-ci fait le lien non seulement entre les élèves et les professeurs, mais il est également une personne incontournable pour les relations avec les entreprises et les industriels pour le montage de dossiers de stages et le futur recrutement des élèves dans les filières locales”.

Soutien de l’Odace et des élus

Pascal Arnould ne manque pas de référence concrète pour illustrer ses propos. “On peut donner pour exemple les chefs d’entreprises de EMO, Etche Sécurité ou encore Elkar qui sont des anciens élèves du lycée, preuve de la pertinence d’un tel poste”.

Les professeurs et les élèves du lycée du Pays de Soule lancent un préavis de grève pour ce vendredi matin, 5 avril, à 11 heures. Ils seront accompagnés par les entrepreneurs locaux, l’Odace et les élus de la Communauté d’agglomération Pays Basque.

Son président, Jean-René Etchegaray, a écrit sa préoccupation dans une lettre envoyée au recteur de Bordeaux, Olivier Dugrip. Il y rappelle qu'un le Schéma de développement universitaire a été signé en 2017. Il s'agit d'un document-cadre qui fixe les orientations de développement de l’offre universitaire sur l’ensemble du territoire autour de filières d’excellence, dont le secteur de l’ingénierie industrielle. "C’est dans cette perspective que le Lycée de Soule, l’IUT de Bayonne et l’ensemble des industriels du territoire travaillent depuis de longs mois à la création d’une licence mécatronique en continuité des BTS existants". Cette démarche répondrait au besoin de main d’œuvre exprimé par les industriels et nécessiterait le maintien de ce poste.