Bientôt le top-départ pour Hendaiakoop

Si tout va bien, l'épicerie participative d'Hendaye ouvrira ses portes le mois prochain. Economique, écologique, participatif : le projet a déjà séduit beaucoup de monde.

Xan Idiart|2019/03/14 15:00|0 iruzkin
Capture_d%e2%80%99e%cc%81cran_2019-03-14_a%cc%80_16.28.27
Plus de 90 personnes se sont associées au projet. ©Hendaiakoop

C'est la dernière ligne droite pour Hendaiakoop. Dans un mois, cette épicerie solidaire située 10 rue du Port à Hendaye ouvrira ses portes, et l'impatience se fait déjà ressentir au sein des plus de 90 associés de ce projet.

Cette épicerie solidaire a le statut d'association. Il faut y adhérer à hauteur de 100 euros (une seule fois), et donner 3 heures de son temps par mois. "Ça doit fonctionner en grande partie sur notre volonté", fait savoir Charlotte Limodin, elle-même adhérente. Alors chacun fait ce qu'il peut. Il y a par exemple une groupe communication, un groupe information ou encore un groupe aménagement.

"Quand on prend des décisions, on les prend tous ensemble", poursuit celle qui est conseillère parentale dans la vie. Une épicerie participative ? Un synonyme de démocratie participative selon elle. "Quand une personne émet des doutes, on lui explique. Tout le monde doit être d'accord pour aller de l'avant". Car il faudra faire vivre les lieux. L'ouverture du local cinq jours sur sept à raison de trois heures par jour est prévue.

"Plus c'est local, moins on va polluer"

Mais c'est surtout le côté écologique qui séduit cette conseillère parentale. "Plus ce qu'on va proposer est local, moins on va polluer." Et d'ajouter la solidarité affichée envers les producteurs de la région qui devraient également sortir gagnants de l'ouverture de cette épicerie. 

Une épicerie participative qui ne sera pas la première chez nous. Au Pays Basque Nord, de tels projets ont déjà vu le jour à Urrugne avec Larrunkoop, ou à Bayonne avec Otsokop. "La première vient de new-York dans les années 70" nous apprend Charlotte Limodin. "Elle a fait plein de petits bébés depuis".