A plus de 70 ans, certains maires ont pris leur décision pour 2020

Les élections municipales de 2020 pointent le bout de leur urne. A près de 15 mois de l’élection des conseillers municipaux, certains maires actuellement en fonction commencent à dévoiler leurs intentions. Petit tour parmi l'ensemble des maires qui auront 70 ans ou plus l'année du scrutin.

MEDIABASK|2019/01/11 15:01
Kotte_ezenarro
Kotte Ecenarro est maire d'Hendaye, premier vice-président de l'Agglo et conseiller départemental. © Aurore LUCAS

Ville socialiste depuis 1965, l’actuel maire Kotte Ecenarro a mené deux mandats, interrompus en 2008 par l’avènement de Battitt Salaberry à la tête de la mairie. Alors que les élections municipales approchent, le conseiller départemental se dit prêt à en briguer un autre. Il aura 70 ans au moment du scrutin. Son entourage l’y encourage, et il dit avoir encore de nombreux chantiers à réaliser avant de passer le relais, notamment, dans le domaine de la revitalisation du centre-bourg.

Actuellement âgé de 70 ans, Francis Gonzalez compte bien briguer un second mandat. Il souhaite poursuivre les chantiers lancés dans son premier mandat pour que la commune de Boucau soit plus attractive.

L'exercice du pouvoir n'a pas non plus été de tout repos pour Bernadette Jougleux. Elle a repris les rennes de la commune de Cambo-les-Bains en cours de mandat, lorsque Vincent Bru est devenu député. A l'approche des 73 ans, l’ancienne première adjointe ne compte pas se représenter.

Son collègue de la commune voisine d'Itxassou, Roger Gamoy, va faire de même. A 79 ans en 2020, la décision lui paraît comme une évidence. Après trois mandats de maire et six en tant qu'élu, il ressent une certaine lassitude, d'autant qu'il n'a pas l'impression "d'être aidé par la nouvelle agglomération". "C'est certainement dû à sa mise en place", relativise-t-il.

Pour sa part, Guy Poulou, 80 ans en 2020, ne veut pas servir de "punching-ball", d’après les propos tenus devant les journalistes de Sud Ouest. "C’est un des points à cause desquels je ne vais pas me représenter. Dix-huit ans, cela a été crescendo", a-t-il ajouté. Elu en 2001 à la tête de la municipalité, il avait succédé au socialiste Albert Péry. Plusieurs dossiers polémiques ont émaillé le mandat en cours. Les derniers en date, la vente d’Ithurri Baïta et le projet immobilier Sainte-Thérèse. Le maire de Ciboure restera dans les mémoires, par ailleurs, comme celui qui a refusé de mettre à disposition des locaux à l’ikastola. Le 4 février, les membres de sa liste Aupa Ciboure devront choisir leur chef de file. D'après Sud Ouest, trois candidats se sont manifestés : Henri Hirigoyemberry, Isabelle Dubarbier-Gorostidi et Jean-Jacques Gouaillardet.

Du côté d'Urt, le maire Robert Lataillade, 74 ans en 2020, n'a pas souhaité nous répondre "par téléphone" et n'a pas donné suite à notre courriel.

Pour ce qui est de son voisin d'Urcuit, Barthélémy Bidegaray, 70 ans en 2020, il faudra encore attendre un peu. "Ce sera sûrement fait très rapidement mais pour l’instant rien n’est encore décidé", a-t-il répondu à MEDIABASK.

Le maire de Bassusarry, lui, n’a pas encore dépassé la barre des 70 ans, mais son expérience en tant que maire est longue. Paul Baudry a accompli quatre mandats. Pour 2020, il rendra sa décision publique en septembre, pas avant. Il avance cependant que "dans l’état actuel des choses [il est] partant", bien qu’il le reconnaît, la tâche du premier magistrat est de plus en plus compliquée. "Bassussarry n’est pas le plus à plaindre, mais le côté policier de l’Etat est plus important de nos jours, alors qu’avant, c’était un Etat conseil", regrette-t-il.

Comme son collègue, Michel Veunac réserve les annonces pour la rentrée prochaine, après le sommet du G7. Le maire de Biarritz sera alors sur le point de souffler ses 74 bougies. Après un mandat compliqué, le suspense reste entier.

Après 37 ans à la tête de sa commune de Jatxou, Alain Castaingt, 70 ans, mettra un terme à sa fonction de maire. "Je n’aime pas trop dire les choses longtemps en avance mais j’ai déjà pris la décision de ne pas me représenter. C’est avant tout pour des raisons personnelles, je suis maire depuis 1983. J’estime qu’il est temps de passer la main", a affirmé le maire.

De son côté, le premier édile de Villefranque et ex champion de pelote Robert Dufourg, 72 ans en 2020, n'a pas souhaité donner suite à notre sollicitation.

Son voisin de Biriatou, Michel Hiriart, 73 ans au moment du scrutin, n'a pas pu être joint par notre rédaction.

Basse-Navarre

Du côté de la Basse-Navarre, le maire d’Ibarrolle avait prévenu, il se représentait par manque d’autres candidats en 2014. L’âge étant là, 75 ans, cette fois, Jean-Louis Caset laisse définitivement le siège qu’il occupe depuis quatre mandats. L’ancien conseiller général du canton d’Iholdy-Oztibarre laisse sa place à qui le voudra.

Alfonse Idiart, maire de St-Jean-Pied-de-Port veut garder les annonces pour la cérémonie des vœux, ce vendredi soir. Il se permet tout de même de donner quelques pistes : "la logique voudrait que je ne me représente pas car j’avance en âge". Au moment du scrutin, il aura 78 ans. Il avait pris la suite de l’ancien maire Charles Cabrol, il y a 18 ans.

Enfin, le maire de St-Palais, Jean-Jacques Loustaudaudine, le doyen des maires du Pays Basque Nord avec 81 ans en 2020, n'a pas souhaité répondre à nos sollicitations. Peut-être souhaite-t-il réserver lui aussi ses intentions en primeur à ses administrés, lors de la cérémonie des vœux qu'il tient ce vendredi soir. Une rumeur persiste qu'il repartirait dans une liste, mais pas à la première place. A suivre donc...

Le maire d'Amendeuix-Oneix est, lui, en mesure de dévoiler ses intentions. A 73 ans en 2020, Arnaud Mandagaran se dit "en principe" prêt à se représenter.

Du côté d'Irouléguy, cela fait 23 ans que Jacques Iroumé gère la mairie d'Irouléguy. Il aura 70 ans en 2020. Il remet sa décision finale à l'été prochain.

Le maire d'Ispoure, lui aussi, est indécis. Claude Barets aura 73 ans en 2020 : "C'est vrai que je ne suis plus très jeune et ce sera en fonction de mon état de santé".

Le maire d'Arancou Alexandre Bordes, à 74 ans et après 30 ans de mandature, a lui aussi décidé de laisser sa place. "Je suis âgé et pas toujours en bonne santé. Et puis, entre ce qui se décide à Bayonne, à Bordeaux et à Paris, les petits villages n’ont plus d’autonomie, sans oublier qu’on a de moins en moins d’argent pour travailler".

En Soule

Pour ce qui est des septuagénaires souletins, Ruben Gomez n’est pas prêt à lâcher l’affaire. Elu à Laguinge-Restoue pour la première fois en 2001, il veut encore se battre dans la défense des intérêts de la commune, "contre le syndicat d’assainissement et l’intercommunalité". Il aura 74 ans.

Avant de dépasser la barre des 70 ans, Gabriel Lopepe de Pagolle, s'est résolu à ne pas se représenter à la fonction de maire. "J'ai pris ma décision il y a longtemps et je me retire. Je suis au cinquième mandat et c'est vraiment le moment d'arrêter. Il faut laisser la place aux jeunes".

Autre septuagénaire en 2020, Jean-Pierre Arhanchiague, maire d'Ainharp, penche pour s'arrêter à la fin de ce mandat : "je n'ai pas encore totalement pris ma décision mais certainement que je vais laisser mon poste de maire". Il occupe cette fonction depuis 1983.