Paris sportifs : attention danger

Les paris sportifs, réalisés dans des locaux physiques ou bien sur Internet, sont en forte hausse dans l’Etat espagnol et au Pays Basque Sud. Depuis quelques années, les experts alertent sur la prolifération de la ludopathie et les problèmes d'addiction qu’entraîne le jeu.

AINHOA AIZPURU|2019/01/09 15:03|0 iruzkin
Whatsapp_image_2019-01-03_at_18
A Donostia, entre un marchand de fruits et légumes et une boulangerie, le local reste éclairé tard dans la nuit.

Le réveillon du jour de l'An, dans n’importe quelle ville du Pays Basque Sud, les rues sont désertes et tous les bars, tous les restaurants, sont fermés. Les gens se réunissent en famille pour le traditionnel dernier dîner de l'année. Seuls sont ouverts certains étranges locaux éclairés au néon et aux vives couleurs : ce sont les locaux de paris sportifs. Depuis quelques années, leur nombre s’est multiplié au sud de la Bidassoa, au point de devenir une référence incontournable des paysages urbains.

La loi du Jeu de 2011 a ouvert la porte à l’installation des maisons de jeux, ainsi qu'à la publicité des sites de paris sportifs sur Internet. Dans un pays où la loterie organisée par l'Etat, en particulier celle de Noël, constituait la principale forme de jeu légale, l’explosion a été fulgurante. En accordant une TVA réduite, cette loi a provoqué la prolifération de ces locaux.

Les loyers étant moins chers dans les périphéries et dans les quartiers moins aisés, les locaux de paris sportifs ont tendance à s'y installer. On peut y regarder des matchs de n’importe quel sport, ainsi que boire et parier. Au sein de la Communauté autonome basque, le nombre de locaux de paris sportifs a été multiplié par huit depuis 2012. Ils seraient une trentaine dans la seule ville de Gasteiz.

Le maillot de l’équipe txuri-urdin

Les sites de paris sur Internet ont une présence très importante dans le sport. Au sein de la Liga de football, toutes les équipes sont sponsorisées par ces sites, ce qui leur rapporte des fonds importants. Nombre d’équipes portent le nom d’un de ces sites sur le maillot ou l’associent à leur image. Seule la Real Sociedad de Donostia ne bénéficie pas de ce type de sponsor, le club se déclarant frileux à promouvoir une pratique tellement éloignée des valeurs du sport. En décembre 2018, le club gipuzkoar a mené un référendum auprès de ses adhérents pour décider si le club devait accepter ce type de sponsor pour le maillot de l’équipe txuri-urdin. A plus de 80%, les adhérents ont refusé.

Les publicités de ces sites mettent souvent en avant l'image de sportifs célèbres, s’associant ainsi à leur image. Les spécialistes en ludopathie alertent sur les effets néfastes de l'association entre paris et célébrités, en particulier chez les plus jeunes. Les maisons de paris s’installant dans les quartiers les plus défavorisés, elles ont un impact d'autant plus important sur les populations en proie au chômage et à la précarité. Ainsi, le profil type du ludopathe est celui d’un jeune homme, sans études et au travail précaire, qui a commencé à parier dès son plus jeune âge.

Une régulation plus forte

Au niveau législatif, de plus en plus de voix demandent une régulation plus forte de la part des autorités. Les Mairies de Madrid et de Saragosse, dirigées par Podemos, ont déjà fait part de leur volonté d’utiliser leurs compétences pour limiter la publicité à l’extérieur des locaux. Au niveau du Parlement basque et du Parlement espagnol, EH Bildu, Podemos et même Ciudadanos se sont intéressés à la question du jeu et de ses conséquences.

Ce problème se retrouve aussi ailleurs. En Albanie, le gouvernement vient d’interdire les locaux de paris dès ce 1er janvier. La mesure, qui concerne environ 4 000 locaux dans ce petit pays de 2,8 millions d’habitants, a été prise pour lutter aussi bien contre la ludopathie que le blanchiment d’argent. Si une décision tellement drastique semble difficile à mettre en place en Europe occidentale, tous les acteurs s’accordent sur la nécessité d’un plus grand contrôle.