Le sort de Moriba sera scellé le 13 février

Le jeune Guinéen connaîtra son statut dans quelques semaines, lorsque la cour d'appel de Pau rendra public son jugement. De cette décision dépend sa prise en charge par les services départementaux.

Goizeder TABERNA|2019/01/09 17:30|Iruzkin 1
Med_bizi_ekintza_isard-cos_etorkinak_paue_imiquelestorena07
Bizi! a dénoncé lundi dernier la présence d'erreurs dans le rapport d'évaluation de l'organisme Isard Cos de Pau. © Isabelle MIQUELESTORENA

Le dossier de Koivoqui Moriba a été examiné à la cour d’appel de Pau, ce mercredi 9 janvier. Le juge devra trancher sur le fait que ce jeune Guinéen est mineur ou non, à la suite d’un recours présenté par son avocat Maître Faget. Une décision attendue pour le 13 février.

Le procureur général et le Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques ont demandé la confirmation du jugement prononcé en première instance. De cette décision dépend la prise en charge de Koivoqui Moriba par les services sociaux du Département. Or, ce dernier a transmis à la cour un rapport défavorable s’appuyant sur une évaluation de l’âge contesté lundi 7 janvier par le mouvement Bizi!.

En juin dernier, le tribunal correctionnel de Bayonne avait considéré que lui et un autre jeune Guinéen, Joseph Moriba, sont mineurs. Lors de la demande de placement dans des structures pour mineurs, le juge pour enfants ne l’a pas vu ainsi pour Koivoqui Moriba, alors que pour Joseph, elle a réitéré le jugement précédent. Les deux avaient été placés en détention provisoire pendant quinze jours, en février. L’avocat de Joseph, Maître Gensse, va présenter un recours pour que son client soit indemnisé.

ERLAZIONATUTAKO ALBISTEAK