Fermeture du bureau de poste : un nouveau coup dur pour Hendaye

Discrètement mais sûrement, la Poste ferme des bureaux un peu partout sur l’Hexagone. Au Pays Basque Nord, l’agence de Béhobie en a fait les frais le mois dernier. Aujourd’hui la fermeture du bureau postal d’Hendaye Plage est présagée.

AINHOA AIZPURU|2018/11/07 11:15|0 iruzkin
Capture_d_e_cran_2018-10-30_a_12
Une population importante réside à Hendaye Plage tout au long de l'année.

C’est la loi des séries pour la commune d’Hendaye. Après la fermeture annoncée de sa trésorerie, voici que le bureau de poste du quartier de la plage est lui aussi destiné à fermer ses portes.

Le maire d’Hendaye en a été averti par un court courrier vendredi dernier. La surprise de Kotte Ecenarro n’a pas été feinte quand il a appris que la fermeture interviendrait dès le début de l'année prochaine. Aujourd'hui, la directrice générale des services de la Poste lui propose un rendez-vous. "Une fois que le mal est fait", regrette l'édile qui se dit "révolté" par cette nouvelle. "La fermeture du bureau de poste d’Hendaye Plage arrive au moment où je joue mes dernières cartes afin de conserver notre trésorerie ouverte. De plus, je revendique toujours la réouverture d’un commissariat de plein exercice sur la commune. Je ne peux que constater que nous nous inscrivons une fois encore dans cette volonté des services publics d’abandonner les territoires".

La direction de la Poste justifie quant à elle cette fermeture par une baisse de la fréquentation du site. Le maire ne l'entend pas de la même manière. "Le bureau de poste de la plage rendait extrêmement service à toute une population sédentaire qui vit à l’année sur Hendaye. C’est un service qui va nous manquer d'autant plus qu'il concerne un quartier symbolique". Le quartier d'Hendaye Plage revit en effet depuis une dizaine d'années et est devenu le second poumon de la commune après le cœur de ville. Le syndicat CGT et Ecenarro se retrouvent sur un point : il s'agit d'un véritable "coup de poignard dans le dos" pour la commune. La CGT n’a pas tardé à monter au créneau en défendant un service public "nécessaire pour les habitants du quartier" et en créant une pétition qui a regroupé plus de 200 signatures en trois heures lundi dernier.

Des horaires élargis

Le service postal sera donc maintenant assuré dans une supérette du quartier. La direction de la Poste soutient que grâce à ces relais postes urbains, les clients gagneront en amplitude horaire. Un accès à des horaires élargis oui, mais à quel prix ? Les services de la Banque postale n’y seront probablement pas accessibles et les conseils seront réduits au minimum. Une transformation qui risque de s’opérer au détriment de l’accompagnement des usagers les plus vulnérables.

Cette nouvelle fermeture de bureau semble s’inscrire dans un vaste plan mené par la Poste depuis quelques années. D’abord en milieu rural, ce dernier s’est intensifié avant de toucher désormais les villes. Des bureaux de postes ferment ainsi leurs portes un peu partout sur l’Hexagone au grand dam des usagers et des élus locaux. La Poste remplace ces agences par des points relais installés dans des supérettes ou chez des petits commerçants. En septembre dernier, c’est le bureau poste de Béhobie qui a baissé le rideau. Le marchand de presse du quartier a repris l’activité postale basique en complément de son activité commerciale.