Mouvement de grève à l’Agglomération Pays Basque

A l’appel du syndicat CGT, les agents de la Communauté d'agglomération Pays Basque, notamment les éboueurs, ont lancé aujourd’hui une grève reconductible et illimitée. Ils protestent contre les réductions salariales et le passage aux 39 heures.

Anaiz Aguirre Olhagaray|2018/09/14 17:55|0 iruzkin
Guz_greba_prentsaurrekoa_agglo_capb_baiona_imiquelestorena03
Maider Behoteguy, chargée des ressources humaines, a précisé qu'un dispositif d'action sociale a été construit avec les agents, à travers un questionnaire interne. © Isabelle MIQUELESTORENA

Grève illimitée dès aujourd’hui pour 83 agents, sur les près de 1000 que compte la Communauté d’agglomération Pays Basque (CAPB). A l’appel d’un unique syndicat, la CGT, ce sont principalement les éboueurs qui ont cessé le travail. La collecte des déchets n’a été assurée que dans l’intérieur du Pays Basque. Les agents protestent contre la baisse de leurs primes et une augmentation de leur temps de travail hebdomadaire.

La CFDT et LAB ne se sont pas joints au mouvement, alors qu’ils ont, eux aussi, rejeté les trois points présentés par l’exécutif lors du dernier comité technique qui s’est tenu le 6 septembre. Ils concernent le Rifseep (le Régime indemnitaire des fonctionnaires de l'Etat), le temps de travail et l'action sociale. "Les propositions ne sont pas à la hauteur de la représentation que l’on a au niveau national en terme de population", estime Patrice Amato, représentant CGT à l’Agglo. "On est quand même la troisième collectivité au niveau de la Nouvelle-Aquitaine et la sixième au niveau national". Mais pour la CFDT, l’appel à la grève est trop prématuré. "Ce n’est pas notre conception du dialogue social. Un rapport de force, ça se construit dans le temps", a justifié Laurent Roux, délégué CFDT à l’Agglo.

D’après Sandra Pereira-Ostanel, conseillère municipale à Anglet et membre de la CGT, c'est sur leur fiche de salaire que les éboueurs ont découvert la baisse de leur prime pour le travail le dimanche. De 160 euros, celle-ci serait passée à 45 euros. Une information qu’infirment Maider Behoteguy, vice-présidente chargée des ressources humaines et Jean-Marie Martino, nouveau directeur général des services à la CAPB. "La donnée ‘agent’ n’était pas la variable d’ajustement pour nous au départ" a-t-elle affirmé lors du point presse tenu par la CAPB ce vendredi après-midi. "Aucun agent ne perdra en salaire. 60 % des agents verront leur prime augmenter, dont 71 % sont en catégorie C, soit ceux qui touchent les plus bas salaires".

Sur le temps de travail, une concertation avec les agents et les organisations syndicales devrait se poursuivre dans les prochains mois pour en travailler l’harmonisation. Le nouveau dispositif devrait être mis en œuvre courant 2019.