AcclimaTerra, le changement climatique à l'échelle régionale

Un rapport publié le 1er juin 2018 fait état des changements climatiques à l'échelle de la Nouvelle-Aquitaine. Un document qui vise à faire prendre conscience de la réalité du dérèglement du climat et à susciter des politiques publiques territoriales adaptées.

Anaiz Aguirre Olhagaray|2018/08/08 18:05|0 iruzkin
Hletreut
Le 26 juillet 2018 sur France Inter, Hervé Le Treut évoquait la question du vin, dont le degré d'alcool est modifié à cause du réchauffement du climat.

Une première dans l'Etat français. Sorte de GIEC (1) à l’échelle régionale, AcclimaTerra est le comité scientifique régional sur le changement climatique. Sous la direction du climatologue bordelais Hervé Le Treut, les scientifiques ont publié le 1er juin 2018 le rapport "Anticiper les changements climatiques en Nouvelle-Aquitaine. Pour agir dans les territoires", faisant suite à un premier ouvrage paru en 2013, réactualisé et complété à l’aune de la création de la nouvelle région.

Le but : disposer des données chiffrées et factuelles, afin d’adapter les politiques publiques territoriales aux dérèglements, atténuer les émissions de gaz à effet de serre et ainsi tenter de parvenir aux objectifs fixés par l’Accord de Paris visant à limiter le réchauffement à +2°C. AcclimaTerra veut relocaliser la question en proposant un diagnostic et en suggérant des pistes d’amélioration à l’échelle territoriale.

Les problématiques environnementales de la Nouvelle-Aquitaine, ses paysages, son patrimoine, ont été élargis suite à la fusion des régions. Erosion, submersion, feux de forêt… autant de défis écologiques que la Région devra relever dans les années à venir. Françoise Coutant, élue EELV et vice-présidente du Conseil régional de la Nouvelle-Aquitaine en charge du climat et de la transition énergétique, a suivi de près l’élaboration du rapport AcclimaTerra. "Concernant l’eau, il n’y aura pas forcément moins de précipitations en Nouvelle-Aquitaine, mais à cause du réchauffement l’évapotranspiration sera plus importante. Donc, nous aurons moins d’eau" a-t-elle alerté. "Il y aura peut-être des choix à faire. Dans le Tarn, par exemple, des agriculteurs se sont mis à cultiver la patate douce. Et je trouve cela ingénieux, quand on sait que la culture du maïs est particulièrement gourmande en eau".

F. Coutant croit beaucoup au rôle des territoires infra-régionaux dans la lutte contre le changement climatique, et dans les initiatives citoyennes telles qu’Alternatiba. Pour elle, le rapport AcclimaTerra est un document que les élus et la populations doivent s’approprier. "Nous ne sommes plus dans une perspective de dérèglement climatique à venir. Le dérèglement est là. On ne peut plus appréhender l’espace et le territoire de la même manière. Il est important que les élus en prennent conscience, mais aussi la population". Un outil dont la vice-présidente en charge du climat tiendra également compte dans l'élaboration du Sraddet (2).

Octobre vert

Le comité AcclimaTerra effectuera à la rentrée une tournée de présentations dans toute la Nouvelle-Aquitaine. Le passage des scientifiques au Pays Basque devrait coïncider avec l’arrivée du Train du Climat, à Biarritz les 25, 26 et 27 octobre 2018. Une initiative présidée par le climatologue Jean Jouzel visant à rendre plus accessible la question du changement climatique et à mettre en valeur les initiatives locales.

Le mois d'octobre 2018 sera placé sous le signe du climat, puisque dès le premier week-end, Bayonne célébrera l'arrivée du Tour Alternatiba, au moment même où le GIEC devrait rendre son premier rapport spécial sur l’impact d’un réchauffement global de 1,5°C.

(1) Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat.
(2) Schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires.