Caf renforce le pari du Gipuzkoa pour les autobus électriques

Alors qu’au mois de mai le groupe Irizar inaugurait le premier site européen dédié à la fabrication exclusive d’autobus électriques, c’est maintenant le groupe Caf qui entre en force dans ce secteur avec l’acquisition de l’entreprise polonaise Solaris. Cette dernière travaille aussi dans le domaine des autobus électriques, mais pour l’instant elle reste majoritairement centrée sur les véhicules conventionnels.

MEDIABASK|2018/07/10 12:00|0 iruzkin
Oslo-tranbia
Un tramway électrique construit par Caf pour la ville d'Oslo. (CAF)

Constructions et Auxiliaires de Chemins de fer est le nom complet du groupe industriel basé à Beasain, à une quarantaine de kilomètres de Donostia. Caf va diversifier son secteur de production avec l’acquisition de l’entreprise polonaise Solaris, dédiée à la fabrication d’autobus et de trolleybus (équivalent d’un autobus propulsé par un moteur électrique).

Selon l’accord retenu, l’opération de l’acquisition de la totalité des actions de Solaris sera financée majoritairement par un endettement supplémentaire de Caf. Le communiqué diffusé la semaine dernière indique une valeur de Solaris estimée légèrement au-dessus des 300 millions d’euros. La valeur exacte se concrétisera à la clôture de l’opération, après les derniers ajustements. La matérialisation du projet devra attendre le feu-vert des autorités compétentes en Pologne et en Allemagne, prévu pour le mois de septembre.

Solaris a été fondée en 1966. A ses débuts, son activité était dédiée à la fabrication de bus urbains Neoplan sous licence allemande. Elle produit des bus conventionnels, hybrides et électriques, et est présente dans plus de 700 villes et 32 pays. Son chiffre d’affaires en 2017 est estimé à près de 450 millions d’euros. Solaris possède deux sites de production dans les villes de Bolechowo et Sroda, et embauche plus de 2 300 personnes. En plus de conserver une solide gamme de véhicules dans le secteur conventionnel (diesel, gaz naturel comprimé, GNG), elle a lancé en 2011 son premier autobus électrique sur le marché.

Actuellement, l’entreprise intègre dans sa ligne de e-mobility "toutes les solutions possibles : hybrides, trolleybus, batterie et pile à combustible". Ce "mixte de produits" connaîtra un changement progressif dans les années à venir. Si, en 2017, les 80% des unités vendues correspondaient au secteur conventionnel, pour 2020 on estime qu’ils passeront à 55%. La mobilité électrique montera quant à elle de 20% à 45%. Les principaux marchés de Solaris se situent en Pologne, Allemagne, Italie, Scandinavie et pays baltes. Au total, l’activité de 2017 concernerait la fabrication de 1 397 véhicules.

Vision stratégique

Le groupe Caf insère cette opération dans sa stratégie visant à "augmenter et diversifier" l'offre intégrale de transports "au-delà des chemins de fer". Une décision qui est en phase avec le plan stratégique 2017-2020 et qui fournira au groupe basque "une plus grande capacité technologique pour apporter des solutions intégrales de transport afin de toucher un plus grand public".

Ainsi, ses responsables ont indiqué que "le leadership de Solaris dans le domaine urbain en Europe centrale et de l'Est apportera de nouvelles opportunités pour le marché de véhicules ferroviaires" de Caf. D'autre part, l'accord a été présenté comme un 'complément du travail réalisé ces dernières années par Vectia", filiale de Caf "en ce qui concerne le développement de solutions de transport urbain hybride et électrique".

"L'investissement de Caf dans Solaris ne fait que confirmer notre engagement avec notre objectif de nous développer de façon rentable et d’ouvrir de nouveaux marchés stratégiques" a déclaré Andrés Arizkorreta, président de Caf.