Les associations mènent une action au domicile de J-J. Lasserre

Ce samedi matin, à 10 heures, les associations membres du collectif "Larrun ez Hunki" se sont données rendez-vous à Bidache afin de "rendre visite à M. Lasserre". N’ayant pu le rencontrer à son domicile, elles ont déposé une lettre dans son jardin. Elles déplorent l’absence de communication du Conseil départemental sur le projet "La Rhune 2020".

Ainhoa Aizpurua|2018/07/07 11:50|0 iruzkin
Guz_larrun-ez-hunki_lasserre_gutuna_bidaxune_imiquelestorena01
Des associations et des citoyens avaient exprimé leurs oppositions dès l'annonce du projet par peur de voir ce site classé Natura 2000 être dénaturé. ©IMIQUELESTORENA

Une trentaine de personnes se sont rendues au domicile de Jean-Jacques Lasserre, président du Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques. Depuis sa présentation l’année dernière, le projet de rénovation du sommet de la Rhune, intitulé "la Rhune 2020", inquiète les associations. Elles déplorent par ailleurs l’absence de communication du Département sur le sujet. N’ayant pu rencontrer J-J. Lasserre ce samedi matin, les manifestants ont laissé une lettre dans son jardin.

Pour Ellande Alfaro, membre du collectif "Larrun ez Hunki", cette "visite" s'est avérée nécessaire pour essayer de se faire entendre. "Nous n’avons toujours pas de nouvelles du projet depuis sa présentation en juin 2017". Malgré une lettre ouverte, une mobilisation devant l’antenne de Bayonne du Conseil départemental et une action au petit train de la Rhune la semaine dernière, les associations sont toujours dans l’attente d’une réponse du Département à leur demande de rendez-vous. "Nous souhaitons savoir où en est le projet et que M. Lasserre réponde à nos demandes", indique E. Alfaro.

Le collectif regrette que le projet ait continué à avancer sans tenir au courant les associations. "Nous savons que le Département a réalisé un appel d’offres pour sélectionner des entreprises pour une étude sur l’aménagement du site". Le collectif n’a néanmoins toujours pas été contacté par le Conseil départemental qui avait annoncé dès octobre 2017 la mise en place de concertations.

Pour "Larrun ez Hunki", le projet qui devra entrer dans les concertations à venir ne doit pas se résumer au projet initial. Il devra prendre en compte les revendications exprimées dans la pétition signée par plus de 10 000 personnes. Cette dernière repose sur trois revendications principales : que le projet ne touche en rien au sommet, qu’il n’y ait pas de trains supplémentaires qui augmenteraient de ce fait la fréquentation du site, et que le projet se cantonne à des mesures de sécurité et de rénovation du matériel en place. Le collectif regrette que l’avis de la population ne soit pas pris en compte et que nombre d’élus du Département ne semblent pas avoir eu connaissance de l’intégralité des aménagements projetés.

Lancement de la phase d’étude

Dans un communiqué daté du 6 juillet, le Conseil départemental a annoncé le lancement de l’étude environnementale et paysagère d’élaboration du schéma d’aménagement général du site de la Rhune. Pour cette dernière, il a retenu une équipe constituée par l’Agence de paysage Andueza Agor associée au bureau d’étude Simethis. Leur objectif est "de recueillir les avis de l’ensemble des parties prenantes par le biais de rencontres bilatérales, d’ateliers et de visites sur site". Le Département indique par ailleurs que cette concertation ciblée permettra de "rencontrer l’ensemble des associations et sociaux-professionnels qui sont en lien avec le site de la Rhune". Ainsi, son résultat serait l’élaboration "d’un scénario d’aménagement optimisé au regard des enjeux environnementaux et paysagés" et portant "une vision globale d’avenir pour cet espace".

ERLAZIONATUTAKO ALBISTEAK