Programme riche au gaztetxe Sasiko en attendant le délibéré

La justice rendra publique sa décision concernant la menace d'expulsion du Gaztetxe Sasiko d’Hendaye lundi 23 avril. En attendant, les jeunes veulent mettre en avant le travail réalisé pendant ces deux années d'occupation. Ils organisent l’événement "Argi (h)astea" ("La semaine de la lumière"), du 16 au 23 avril.

Iurre BIDEGAIN|2018/04/17 10:35|0 iruzkin
P1110104
La décision du tribunal sera connue le 23 avril. ©Hendaitz Gazte asanblada

"On espère qu’il ne s’agira pas du dernier événement organisé, mais il est probable que cela soit le dernier programme, la dernière soirée au Gaztetxe Sasiko". Les jeunes d’Hendaye attendent le délibéré qui sera dévoilé le lundi prochain. Les Hôpitaux de Paris, propriétaire du bâtiment où les jeunes se sont installés, ont déposé plainte contre l’association Hendaitz ; les jeunes pensent qu’il seront expulsés. Entre-temps, ils continuent de réaliser leur mission : faire vivre Hendaye en proposant des animations.

"Argi (h)astea" organisée du 16 au 23 avril symbolise le travail réalisé depuis le 11 juin 2016, jour de l’occupation du local. "Cet événement peut représenter l’adieu à un lieu que l’on considère le nôtre. Mais le but d'"Argi (h)astea" est de rappeller ce que le gaztetxe [maison des jeunes; ndlr.] a apporté à la ville", a expliqué Aimar Lopez, membre de l’association.

Durant toute cette semaine, des animations pour tout âge sont donc proposées. L’association Bidazi a lancé le programme lundi soir. Aujourd’hui, Joxe Mari Agirretxe, Porrotx, offrira une animation à 17 heures. Jeudi, Hartzea Lopez Harana et Maddi Sarasua évoqueront la ZAD.

"Pintxo pote", repas et concerts seront au menu de jeudi, vendredi et dimanche. Le samedi 21 avril, de nombreux groupes de musique reviendront au gaztetxe, comme par exemple : Jurgi Ekiza, Kuartz, Daudane et Gorpuzking.

Pas de discussion avec la mairie

Les jeunes ne savent pas encore quelle suite donner à ce projet. Pour obtenir un lieu de façon  légale, les jeunes sont en négociation avec la mairie depuis dix ans.

"Nous ne nous sommes pas réunis avec la mairie depuis un an et demi. La dernière fois que l'on s’est vu, on leur a présenté un nouveau projet. Nous n’avons pas reçu de réponse. Ils nous ont clairement dit que nous ne sommes pas leur priorité", a expliqué le jeune Hendayais.