A l’Atalante, un festival pour habiter le monde

Le cinéma Atalante à Bayonne accueille du 7 au 10 mars un festival de cinéma, Rencontres sur les Docks. L’édition 2018 aura pour thème "habiter le monde" et évoquera notamment les questions d’exil et de migrations qui traversent l’actualité.

Chloé Rébillard|2018/03/06 18:48|0 iruzkin
Razzia_photo_1_-_unite_de_production_-_les_films_du_nouveau_monde_-_artemis_productions_-_ali_n_productions_-_france_3_cine_ma
Razzia sur les luttes marocaines sera projeté lors de la dernière soirée, le samedi 10 mars. ©Atalante

Quatre soirées avec du cinéma bien sûr, mais aussi de la musique et des buffets ; les Rencontres sur les Docks ont une programmation dense cette année encore pour leur 14ème édition.

C’est le documentaire "Chœurs en exil" qui ouvrira le festival ce mercredi 7 mars à 18 heures. Le réalisateur suit un couple d’Arméniens qui tente de faire revivre une tradition de chant ancestral à travers un voyage en Anatolie. La projection sera suivie d’un buffet kurde, d’un concert du collectif Medz Bazar et de la projection d’un film, de fiction cette fois-ci, "L’ordre des choses", à 21 heures. Là encore le fil rouge du festival "habiter le monde" est au centre du questionnement cinématographique. Le film aborde la question des migrants à travers le regard d’un policier italien envoyé en Libye pour négocier le maintien des réfugiés sur le sol africain.

Jeudi 8, deux films sont au programme : "Braguino", fiction sur le thème de la frontière, et "Les Airs sauvages", documentaire sur les chants basques, réalisé par Elsa Oliarj-Ines. La réalisatrice sera présente à la projection, accompagnée de son frère Oihan, musicien basque et personnage du documentaire. Ce dernier donnera un concert de chants souletins revisités en mêlant plusieurs influences musicales à la suite de la projection, à 22 heures.

Le vendredi 9 mars, la programmation reste au Pays Basque avec en ouverture de la soirée une création radiophonique qui plonge les oreilles dans l’histoire de la pêche au thon rouge depuis le port de Saint-Jean-de-Luz. Suivie d’une projection d’un documentaire "Nul homme n’est une île" qui repart sur les chemins de l’Europe à la rencontre des personnes qui s’essayent aux alternatives locales. Euskal Herriko Laborantza Ganbara (EHLG) et le réalisateur participeront ensuite à un débat avec le public.

Samedi 10 mars, direction le Moyen-Orient et le Maghreb avec un documentaire sur les Syriens exilés au Liban, qui travaillent dans le bâtiment : "Taste of cement" à 18 heures. A 21 heures, le film "Razzia" sera projeté en avant-première sur le thème des luttes au Maroc. Et le festival se terminera en musique, à partir de 23h30.

Toute la programmation est à retrouver sur le site du festival.