Le Biltzar cherche sa place dans la CAPB

L'association des maires du Pays Basque Nord s'est réunie ce samedi 24 février à Ispoure. Au cœur des discussions, la place et le rôle du Biltzar au sein de la Communauté d'agglomération Pays Basque.

Xan Idiart|2018/02/26 07:30|0 iruzkin
Img_20180224_094951
Lors de l'assemblée général du Biltzar, des représentants de l'eusko ont présenté la monnaie locale.

Changer de statuts ou rester une association externe à la Communauté d'agglomération Pays Basque (CAPB). La soixantaine de maires réunie à Ispoure ce 24 février lors de l'Assemblée générale du Biltzar s'est posée la question.

Les avis divergent au sein même de l'association des maires du Pays Basque Nord. "Les conseillers municipaux se désintéressent de plus en plus des réunions des communes" s'est insurgé l'édile de Boucau Francis Gonzales. La faute selon lui à la CAPB qui prendrait les compétences dévouées auparavant aux mairies. Le Biltzar devrait être un "garde-fou" pour sauver les intérêts des petites communes.

"Je ne partage pas cette idée" lui a répondu Daniel Olçomendy, maire d'Ostabat. "L'arrivée de la CAPB et les décisions prises par le conseil communautaire demandent juste plus de technicité de la part du maire pour bien expliquer ce qui se décide à la Communauté d'agglomération" a-t-il avancé. Les conseillers municipaux ne bouderaient pas leur travail selon lui.

Des inquiétudes

La représentativité des communes au sein de la CAPB a été étudiée. Son président, Jean-René Etchegaray, a rappelé qu'une commune de 96 habitants et une autre de 3000 n'ont qu'un seul représentant chacune. Le maire de Bayonne parle de "distorsion", mais n'a pas employé le mot "inégalité".

Malgré le même nombre de représentants, les petites communes du Pays Basque intérieur se sentiraient délaissées au profit des villes de la côte. "Nous entendons ces inquiétudes" assure Jean-René Etchegaray.

Le président du Biltzar, Lucien Betbeder, assure quant à lui que l'association des maires du Pays Basque Nord continuera d'œuvrer en faveur du territoire, aux côtés de la CAPB, ou en son sein même. Les deux entités doivent trouver un accord d'ici 2020, pour les élections municipales.