De Paris à Bilbo, la mobilisation pour les prisonniers continue

Des dizaines de miliers de personnes sont attendues ce samedi 13 janvier à Bilbo, pour demander le retour des prisonniers basques ainsi que le respect de leurs droits. Un peu plus d'un mois après la manifestation de Paris, les avancées concrètes se font encore attendre, critique Bagoaz.

Caroline MALCZUK|2018/01/12 08:05|0 iruzkin
Autonomia2
En janvier 2017, 78 000 personnes avaient défilé dans les rues de Bilbo pour les prisonniers basques. ©Aritz LOIOLA/Argazki press

Un peu plus d’un mois après la manifestation en faveur des prisonniers basques, organisée par les "artisans de la paix" à Paris, des miliers de personnes sont attendues à Bilbo ce samedi pour interpeller de nouveau les gouvernements français et espagnol sur leur situation. En 2017, 78 000 manifestants avaient demandé le retour des détenus basques et le respect de leurs droits dans la rue. Avec, comme toujours, les familles de ces détenus en tête de cortège.

La journée débutera avec un débat, à 11 h 30 : "La participation de la société civile dans différentes résolutions de conflits". Il sera animé par le Catalan David Fernandez, le Colombien Mario H.Calixto, la présidente de Bake Bidea, Anaiz Funosas, et Joseba Azkarraga, de Sare. De nombreuses animations sont organisées toute la journée à Bilbo et précèderont le départ de la manifestation, prévu à 17h30, de La Casilla. Avec notamment, à 12h30, un spectacle de Porrotx, suivi d’une photo participative pour les trois enfants incarcérés avec leur mère, Xua, Haitz et Izar.

"Nous sommes prêts"

Le slogan de cette année est "Prest Gaude" ("Nous sommes prêts" en basque). Prêts au rapprochement, aux libérations conditionnelles, à la libération des prisonniers malades, à la fin des régimes d’exception. La réussite de la manifestation de Paris a nourri un grand espoir. Accentué par les discussions en cours avec le ministère de la Justice de l’État français. Mais le collectif Bagoaz continue d’attendre impatiemment des avancées concrètes. Et appelle la société civile à continuer à se mobiliser à Bilbo, ce week end, tout comme elle l’a fait le 9 décembre dernier.

Se mobiliser reste nécessaire pour Bagoaz. "Il n’y a rien qui a bougé" affirme Émilie Martin, porte-parole du collectif. "Au moment où on se parle, il n’y a pas eu de rapprochement, il n’y a pas eu de libération conditionnelle. La position du procureur lors de l’audience de Ion Kepa Parot est scandaleuse. Le logiciel n’a pas encore été changé." En revanche, elle constate que "de plus en plus de monde" du Pays Basque Nord se déplace à Bilbo. Pour ce samedi, Bagoaz a mis en place quatre bus, complets, qui passeront par Mauléon, Saint-Jean-Pied-de-Port, Hasparren, Bayonne, Saint-Jean-de-Luz et Béhobie. À Hendaye, l’association Baleak a également organisé un bus de son côté, comme l'a fait l’association Zinka, à Mauléon. Ce sont au total six bus qui démarreront du nord des Pyrénées pour rejoindre la capitale bizkaitar.

Dans l’attente d’avancées de la part des gouvernements, ce qu’espère Bagoaz le plus tôt possible, la manifestation de Bilbo sera de nouveau empreinte d’émotions, de "moments très forts"."Quand on y va une fois, on y retourne" résume Émilie Martin. "En espérant que ce sera la dernière."

Programme de la journée

11 heures : déclaration à La Boltsa.

11 h 30 : "La participation de la société civile dans différentes résolutions de conflits". Débat modéré par Pili Kaltzada
 avec David Fernandez (Catalogne), 
Mario H.Calixto (Colombie), 
Anaiz Funosas (Bake Bidea) et 
Joseba Azkarraga (Sare).

Toute la matinée : à partir d’Areatza vers le vieux Bilbo, txistulari, trikitilari, batukada, chants…


12h30 : à Areatza, spectacle de Porrotx et photo participative pour les trois enfants Xua, Haitz et Izar incacérés avec leur mère.

13h30 : à Areatza, Bertso avec Oihana Bartra, Miren Amuriza, Beñat Gaztelumendi et Amets Arzallus.

15:00 : Kepa JUNKERA eta SORGINAK.

17:30 : départ de la manifestation de La Casilla vers la mairie de Bilbo.

Le soir : à Areatza, concerts avec “Anita Parker” et Tximeleta.

ERLAZIONATUTAKO ALBISTEAK