Des vœux hendayais-centrés

Kotte Ecenarro, maire d'Hendaye, a présenté les vœux de la municipalité à ses administrés. Bilan 2017, projets pour 2018… Des vœux pour les Hendayais, qui se sont centrés uniquement sur Hendaye.

Antton Etxeberri|2018/01/08 13:40|0 iruzkin
Med_voeux_2018_ecenaro_hendaia_imiquelestorena02
Kotte Ecenarro entouré de ses élus © Isabelle Miquelestorena

C'est entouré de ses collègues conseillers municipaux et en présence de quelques élus des communes voisines que Kotte Ecenarro, maire d'Hendaye, a présenté les vœux de la municipalité à ses administrés. Des vœux lus d'une traite, uniquement en français, durant lesquels le premier édile a fait un bilan de l'année 2017 et présenté les perspectives pour 2018. Ces vœux intervenant à mi-mandat municipal se sont concentrés sur la vie d'Hendaye et de ses forces vives. Kotte Ecenarro n'était là ni pour commenter l'actualité politique générale, ni même pour faire le bilan de son action au niveau départemental ou au sein de la Communauté d'Agglomération Pays Basque (CAPB).

Parmi les nombreux sujets abordés, le maire a d'abord réalisé un point concernant l'état civil de la commune. 16727 habitants, 1298 demandeurs d'emplois, 128 naissances, 109 décès, 46 mariages, 17 demandes de basquisation de prénoms depuis cet été... Les données ont été énumérées les unes après les autres.

Concernant la question des logements, Kotte Ecenarro annonce que 26 logements sociaux ont été livrés en 2017, et que 104 autres logements sociaux et une résidence séniors de 90 logements sont en cours de réalisation. 27 logements en accession à la propriété devraient suivre à la rue du port. Les gendarmes n'auront pas été oubliés puisque les familles de 10 sous-officiers de la brigade motorisée sont également logés rue de l'Ile des Faisans.

Tourisme

L'activité touristique annuelle d'Hendaye a atteint un chiffre d'affaires de 54 millions d'euros en 2017, avec 411 emplois en CDI. La mairie d'Hendaye, après une dizaine de réunions avec les acteurs du tourisme et les commerçants, souhaite "conquérir de nouvelles parts de marché sur les principales agglomérations de l'Ouest de la France et en Espagne". Le Domaine d'Abbadia a comptabilisé 225.000 visiteurs, dont 82.000 passages recensés sur le sentier du littoral. Enfin, 54000 personnes ont visité le château d'Abbadia. Il est bon de rappeler que la commune d'Hendaye est une des 5 communes parmi les 158 du Pays Basque Nord qui n'a pas souhaité, pour le moment, intégrer l'Office de Tourisme communautaire qui doit officiellement naître à l'automne 2018, préférant la jouer individuel, dans ce secteur porteur du tourisme.

Concernant les jeunes, 3200 enfants sont scolarisés dans les différents établissements scolaires de la commune : 73 % dans le public, 19 % dans le privé et 8 % à l'ikastola. Une consultation auprès des parents d'élèves des écoles publiques a abouti à la demande d'un retour de la semaine des 4 jours (au lieu de 4,5 jours) pour les écoles publiques, dès la rentrée 2018. Le Conseil municipal d'Hendaye a avalisé ce choix le 22 décembre dernier, même si "cette demande des parents et enseignants aura été source d'incompréhension, de frustration et de déception" pour les élus et les intervenants "en raison de  l'originalité, de la diversité et de la qualité des activités proposées". A noter que l'ikastola d'Hendaye, au même titre que l'ensemble des ikastola du Pays Basque Nord, va se positionner très prochainement concernant ce retour ou non à la semaine des 4 jours à la rentrée 2018.

Après cette avalanche de chiffres, Kotte Ecenarro a présenté les perspectives pour les prochains mois. On note de gros travaux en prévision sur la partie est du Boulevard de la Mer, entre l'ancien Casino et l'Hôpital Marin, programmés en trois phases, hors périodes estivales. D'autres travaux sont prévus à Askubea, au Boulevard de l'Empereur, à la gare… Enfin, en terme d'urbanisme, la municipalité d'Hendaye envisage d'ouvrir une concertation dès le mois de février 2018. Kotte Ecenarro regrette que "la précédente révision du PLU n’a eu pour seul objectif que de figer toute réflexion sur la mutation urbaine. Sept ans après sa mise en œuvre, force est de constater que le PLU 2010 n’a pas produit les effets escomptés." Des débats en perspective...