L'agriculture, une priorité pour la mairie de Briscous en 2018

La préservation du foncier et la création d'un Plan local d'urbanisme (PLU) intercommunal pour permettre la mise en place de zones agricoles protégées sont à l'orde du jour dans cette commune de plus de 2 000 habitants.

Xan Idiart|2018/01/08 12:00|0 iruzkin
Med_voeux_2018_ayensa_beskoitze_imiquelestorena02
Pascal Jocou, premier adjoint en charge des finances, de l'aménagement du territoire et de l'agriculture. ©Isabelle MIQUELESTORENA

"Briscous doit rester une commune semi-rurale." Ce sont les mots de Pascal Jocou, premier adjoint en charge des finances, de l'aménagement du territoire et de l'agriculture. Un avis partagé par d'autres élus présents lors des vœux de la mairie pour cette année 2018, qui a eu lieu ce samedi 6 janvier, à la salle Bil Toki du village.

"Nous avons le projet de mettre en place un Plan local d'urbanisme [PLU] intercommunal sur l'ensemble des communes du Pays d'Hasparren" avance Pascal Jocou. Cela permettrait selon lui de créer des zones agricoles protégées.

Le premier adjoint à la mairie est également cice-président de la Communauté d'Agglomération Pays Basque (CAPB), en charge de la stratégie d'aménagement durable du territoire, du patrimoine et des paysages. Il assure : "Il y a une prise de conscience collective à Briscous comme à la CAPB sur la préservation du foncier."

Les prochains mois verront donc peut être des décisions politiques allant dans ce sens. En 2017, des acteurs locaux comme Lurzaindia ont dénoncé le silence de la CAPB face à la spéculation foncière et la disparition des terres agricoles au Pays Basque.