"Euskal artzainak", bergers basques corps et âmes

Euskal Artzainak, bi munduren artean est un livre de photographies et de témoignages sur les bergers basques. A la fois état des lieux réaliste et hommage à ceux qui perpétuent une tradition désormais ancrée dans le XXIe siècle.

Ximun Larre|2016/12/15 16:15|0 iruzkin
Josu_etxezarreta
Un livre qui tourne volontairement le dos aux clichés traditionnels.DR

Plus de 30 ans après la publication du célèbre livre Artzainak de Jacques Blot, Séverine Dabadie (photographe et auteur) et Christiane Etchezaharreta (auteur) ont voulu décrire la situation actuelle du pastoralisme basque. Arpentant pendant plusieurs mois les montagnes basques, à la rencontre de bergers de tous âges, milieux et origines. Le résultat s'appelle Euskal Artzainak, bi munduren artean (les Bergers basques, entre deux mondes, en basque), paru aux éditions Elkar. Un ouvrage d'une authenticité rare.

Les deux auteures ont d'abord voulu témoigner d'une activité, la transhumance, qui "est aujourd'hui un acte presque militant, une volonté farouche de faire vivre le pastoralisme". D'ailleurs "il n'y a pas un pastoralisme au Pays Basque mais des pastoralismes" avertissent les deux auteures.

Et celles-ci de vouloir aller au-delà des simples images d'Epinal, des bergers béret vissé sur le front au coin de la cheminée, pour montrer la réalité d'une activité ancrée dans son époque. De bergers qui "comptent bien vivre de leur troupeau, monter en estive, transhumer à pied, fabriquer le fromage, entretenir les pâturages".

La parole aux bergers

Pour mener à bien ce projet les deux auteurs ont choisi de donner la parole aux bergers (témoignages en français et en euskara). Pour mieux montrer leur diversité, "qu'ils soient hommes ou femmes, parfois en famille, jeunes ou plus anciens, issus du monde paysan ou néo-ruraux, prônant des méthodes modernes ou la tradition". C'est ainsi que le lecteur découvrira à côtés de figures locales, une jeune bergère bretonne ou un quadragénaire parisien ex-anthropologue au Musée de l'Homme.

"Lorsque nous avons initié ce travail, une figure tutélaire s'imposait, celle du flamboyant souletin Jean Pitrau sans qui les montagnes et les bergers basques ne seraient peut-être pas tout à fait ce qu'ils sont aujourd'hui", expliquent les auteures. Et celles-ci de partir à la rencontre de sa famille ou des ses héritiers spirituels. Enfin le livre n'oublie pas non plus ces bergers sans terre "au statut précaire car de moins en moins de terre sont à leur disposition".

Le livre rend également hommage à ceux qui "perpétuent la race locale de la Manex tête noire au rendement moindre mais à la rusticité bien plus affirmée". Sous les coups du productivisme, "70 % du cheptel a disparu en 30 ans", rappellent les deux auteures qui saluent le travail des passionnés de l'association Buru Beltza pour maintenir ce patrimoine.

Cet ouvrage est la cinquième collaboration entre Séverine Dabadie et Christiane Etchezaharreta, après Un jour à Kashi, Laxoa, Kushti in Banaras et Airosa. Il est en vente au prix de 36 euros.