Arteuparte, l'art du magazine

Après le succès du magazine de culture urbaine Arteuparte au Pays Basque Sud, à Madrid et à Barcelone, l'équipe lance une version en français au Pays Basque Nord. Le luzien Mattin Curutchet est aux commandes du magazine stylé et unique.

Argitxu Dufau|2016/01/14 11:50|Iruzkin 1
Img_3265
Le premier magazine en langue française sera diffusé à partir du 15 janvier. © Argitxu Dufau

Arteuparte, né à Donostia en 2009, a fait des petits. Après sa diffusion au Pays Basque Sud, à Madrid et à Barcelone, le magazine de culture urbaine se lance à la conquête des lecteurs du Pays Basque Nord.

Ce magazine branché, mais pas branchouille, propose des sujets sur la mode, le design, l'art, la musique… A la plume, le luzien Mattin Curutchet : "j'ai rencontré l'équipe d'Arteuparte de Donostia lors d'un article sur mes t-shirt Ar(t)gazki. Nous avons accroché, ils avaient envie d'exporter l'idée, j'ai sauté sur l'occasion".

Oubliés les magazines au format formaté A4, le papier glacé, les doubles pages de pub polluantes, que l'on s'empresse de jeter après en avoir lu à peine la moitié. Le magazine Arteuparte est un petit bijou pour les amateurs de belles choses, qu'on aime ranger dans sa bibliothèque. Mattin Curutchet a repris le concept déjà bien rodé avec un format plutôt carré, au papier épais et à la couverture artistique et esthétique.

A l'intérieur, les lecteurs pourront y trouver des sujets originaux, "pointus mais pas élitistes". La création locale est mise en avant, sans fermeture aucune sur les autres initiatives qui trouvent aussi leur place. Les associés d'Arteuparte ne comptent pas en rester là et souhaitent développer leur réseaux vers Paris et Bordeaux.

Le magazine sera majoritairement en français avec un article par numéro en euskara, et un autre bilingue français/anglais. Aucun numéro ne se ressemblera, avec des rubriques modulables à souhait. Et des idées de sujets, Mattin en a déjà plein la tête.

Un magazine gratuit

Surprise, la magazine trimestriel d'une centaine de pages est entièrement...gratuit. Arteuparte est financé grâce aux publicités, mais pas n'importe lesquelles. "Les publicités ne se voient presque pas car elle collent à l'esprit du magazine. Nous voulons rendre la culture urbaine accessible, ce n'est pas parce que le magazine est gratuit qu'il est bâclé, au contraire", assure M. Curutchet.

Au Pays Basque Nord, le magazine sera diffusé dans un premier temps à Saint-Jean-de-Luz au Macadam, à la Boëte, à Ocean Coffe Bar, au Garden Kolektiboa et à Ciboure, au Maitenia.

La soirée de présentation est organisée vendredi 15 janvier au bar Maitenia. Tel un vernissage d'expo, elle est une promesse pour les cinq sens avec Elorn aux machines, le peintre Adrien Goudier qui s'exercera à la représentation picturale en direct et, comme il est bien connu à Ciboure, les vins et mets de qualités proposés par les patrons.

Professeur de philosophie Mattin Curutchet écrit d'un seul jet. Il aime "lier deux formes d'expression artistiques, parce que ça se complète bien" et rendre accessible des sujets qui n'en n'ont pas l'air. A l'heure des tweets au 139 caractères et de l'information en continu, ce magazine fait du bien, une ôde à la lecture posée.