De la Californie au Pays Basque guidés par le bertsu

Deux bertsolari venus de Californie seront au Pays Basque jusqu'à demain, 17 octobre. Ils participent à plusieurs évènements, parmi lesquels un débat sur la diaspora basque à Ustaritz.

Iurre Bidegain|2015/10/16 10:25|0 iruzkin
Guz_bertsolari_californie_06
Johnny Curutchet et Martin Goicoechea. © Nicolas Mollo

Comme beaucoup de Basques, Johnny Curutchet et Martin Goicoetchea ont rejoint la Californie quand ils étaient jeunes. Depuis, le temps a passé, mais ensemble ils gardent en mémoire le Pays Basque et travaillent au quotidien pour garder leur culture vivace. J. Curutchet et M. Goicoetchea sont attachés au bertsolarisme. Ils profittent de leur visite pour prendre part aux évènements organisés du 12 au 17 octobre par l'Institut culturel basque (ICB).

Johnny Curutchet est né à San Francisco. Qaund il avait un an, ses parents l'ont emmené à Esterençuby. “Le 13 janvier 1966, alors âgé de 19 ans, je suis retourné à San Francisco. Comme beaucoup, je devais faire quelque chose de ma vie” explique J. Curutchet. Bien qu'il y ait du travail au Pays Basque, “les moyens étaient différents pour gagner la vie aux Etats Unis”.

Son frère se trouvant aussi à San Francisco, J. Curutchet dit qu'il s'était facilement adapté à la ville. “Cela avait été difficile pour la langue, mais dans le temps, il y avait beaucoup de Basques” ajoute-t'il . Il constate qu'aujourd'hui la situation a changé. Il y aurait de moins en moins de Basques aux Etats Unis. “Malheureusement, l'âge ne pardonne à personne, mais il reste encore quelques Basques” dit-il.

Malgré les années vécues à San Francisco, J. Curutchet dit parler couramment le basque, notamment grâce au bertsolarisme. Il explique que lorsqu'ils se réunissaient, les Basques de San Francisco avaient pour habitude de chanter des bertsu. Les jeunes, en revanche, ne le font plus selon lui. “L'euskara s'entendait plus fort de notre temps, du temps de la migration. Aujourd’hui, les Basques ne vont plus aux Etats-Unis, hormis en vacances” analyse J. Curutchet.

Rencontre avec des élèves

En partenariat avec Bertsolarien Lagunak, Bertsozale Elkartea et la fondation Mintzola, l'ICB a invité J. Curutchet et M. Goicoetxea à participer à plusieurs évènements consacrés au bertsolarime et à la diaspora.

Le 13 octobre, ils étaient à Larceveau au collège Manex Erdozaintzi Etxart, afin de partager un moment avec les élèves de l'école de bertsu. Dans la soirée, ils ont pu visionner le film “Bertsulari” aux côtés d'Amets Arzallus et de Julio Soto.

Hier, 15 octobre, ils ont visité le musée Basque de Bayonne et ils doivent à présent se rendre  à la salle Lapurdi d'Ustaritz. Dans la soirée, les deux bertsolari participeront à une conférence intitulé "L'émigration basque : plus qu'un souvenir ?”. Elle sera retransmise en direct par Kanaldude.

Avant leur départ, les bertsulari iront à Saint-Etienne-de-Baïgorry pour attribuer le prix du concours de Bertsolarien Lagunak, “Hernandorena saria”. Le concours est né il y a une dixaine d'années avec l'objectif de créer une scène où les jeunes bertsulari peuvent s’exprimer. Le nom du concours est celui de l’un des premiers promoteurs de l’improvisation en langue basque, Teodoro Hernandorena, né à Zizurkil en 1898 et réfugié en Labourd puis à Paris en 1937. “On nous fait trop de compliments, bien plus que ce que nous méritons. Je ne sais pas si l'on en fait assez, nous aurons maintenant des dettes avec tout le monde” conclut J. Curutchet un sourire.