Daniela Albizu s'en est allée

L'Urruñar Daniela Albizu est décédée ce 26 février. Pionnière dans de nombreux domaines, durant sa vie, elle a défendu avec ferveur l'euskara et le Pays Basque. Ses obsèques auront lieu lundi 2 mars, à 14h30, en l'église d'Urrugne.

goizeder taberna|27/02/2015 00:00|1 comentario
Albizu
Daniela Albizu fut la première conseillère municipale abertzale d'Urrugne.

Première conseillère municipale abertzale d'Urrugne, écrivaine, enseignante impliquée dans de nombreux projets culturels, Daniela Albizu est décédée ce 26 février à l'âge de 78 ans. Ses obsèques auront lieu lundi 2 mars à 14h30, en l'église d'urrugne. Le chaleureux hommage que lui avaient rendu les urruñar en 2011 témoigne de la place qu'a occupé cette pionnière dans la commune.

"Nous lui devons beaucoup", confie l'ancien conseiller municipal abertzale Beñat Elizondo, "elle avait réalisé un travail colossal". Il avait participé avec elle au lancement du groupe Herritarrak en 1982. Elle le représentait au conseil municipal d'Urrugne l'année suivante. Pendant six ans Daniela Albizu avait tenu tête au maire Daniel Poulou, à une éqoque où ce n'était pas facile d'être abertzale. "Avec le Gal, ETA… c'était des années difficiles. Elle a souffert et on l'a fait souffrir", se souvient B. Elizondo.

Son père, originaire d'Araba, et sa mère du Gipuzkoa avaient posé leurs valises à la maison Iturrialdea d'Urrugne. Celle qui avait connu l'interdiction de parler le basque à l'école avait très tôt ressenti un attachement pour la langue de sa mère. Elle était professeur de français et d'espagnol, mais elle avait aussi enseigné l'euskara à de nombreuses générations.

Ses proches retiennent son caractère jovial, son plaisir de danser les mutxiko le dimanche à la place et de chanter. Elle avait aussi vécu des moments difficiles, notamment, lorsqu'elle avait perdu sa fille dans un accident de voiture.

Incarcérée pendant deux mois

Daniela Albizu s'était impliquée dans la création de l'association culturelle Hazia en 1978, "avec six autres 'sorcières'", s'amuse à dire B. Elizondo. Elle s'était investie dans la réalisation de matériel pédagogique à Ikas, mais aussi dans le mouvement pour la paix Elkarri et dans de nombreuses dynamiques en défense des prisonniers basques.

Alors qu'elle était en cours au Lycée Ravel de Saint-Jean-de-Luz, elle s'était faite arrêter par la Police, comme le raconte Joseba Aurkenerena dans Kazeta.eus. On l'avait incarcérée pendant deux mois pour avoir hébergé un exilé du Pays Basque sud. En 2009, la Fondation Alkartasuna avait récompensé son travail en faveur du Pays Basque.

Daniela Albizu avait écrit plusieurs livres, dont "Hiru uhainak" (1979, Elkar), "Lau sasoi" (2003, Maiatz), "Ilargi eta hontz sorginen ipuinak" (2006, Pyrémonde) et "Iturri-aldeko nere leihotik" (2011, Maiatz), un recueille de narrations et de poèmes réunis avec la complicité de Joseba Aurkenerena.