France Bleu Pays Basque, une 'radio génétiquement modifiée' ?

BRIBES - Plus de la moitié de l'équipe était en grève ce jeudi pour s'opposer aux remplacements de 2h 45 de programmes locaux par des émissions faites à Paris. Réaction de la voix du cru Bixente Vrignon.

MEDIABASK|19/05/2017 10:06|0 commentaires
Vrignon_bixente_102
Bixente Vrignon est syndiqué au SNJ © Gaizka IROZ

"C’est du bœuf aux hormones, du poulet à la javel, du maïs OGM, c’est tout sauf de la radio locale. Cela préfigure une antenne unique agrémentée de quelques jingles folkloriques locaux. C'est ce qui est arrivé aux innombrables radios locales des années 80, rachetées par des groupes privés qui pompent localement la ressource publicitaire sans jamais investir sur l’information ou l’animation locale au-delà du cadre que leur impose la loi.

De Brest à Perpignan, de Strasbourg à Valence, vous pouvez écouter ces radios privées sans jamais être dépaysé, c’est tout le temps le même tuyau musical. Désormais à Radio France, c’est en bord de Seine qu’on décide ce qui va intéresser en Pays Basque, en Corse, ou en Bretagne.

Je ne connais personne qui renonce à faire un métier qu'il aime, qui s’engage dans une démarche de résistance par plaisir, même pour un seul jour. C’est un effort pour nous tous, mais une nécessité vitale. Vous avez croisé sur les marchés d’été, ces vendeurs qui proposent des espadrilles du Pays Basque made in China, du saucisson corse avec du veau d’Italie, des crêpes bretonnes élaborées en banlieue parisienne, des herbes de Provence cueillies au Maroc…

Si je fais grève c’est parce que je me refuse à proposer aux auditeurs une radio étiquetée "Pays Basque" et fabriquée à Paris".

France Bleu Pays Basque rassemble une équipe de 10 journalistes, ils ont été informés de la réforme par la presse. La suppression des programmes toucherait dès septembre les tranches de 8h 45 à 9h 25-remplacée par un "jeu culturel" présenté par Jean-Luc Reichmann, et de 14 h à 16h. Après le mouvement d'hier, la direction a fait savoir qu'elle était prête à reculer la réforme à janvier pour prévoir une phase de consulation.