Le marché de l'emploi se tourne vers les services au Pays Basque sud

Selon l'Observatoire de Lanbide, le marché du travail au Pays Basque sud poursuivra ses bouleverments d'ici 2030. Avec la suppression de milliers d'emplois non qualifiés dans l'industrie et la création de milliers d'autres dans les services.  

MEDIABASK|18/05/2017 12:50|0 commentaires
Arcelor_olaberri
L'industrie recule au Pays Basque Sud. © ARGAZKI PRESS

Le département de l’emploi et politiques sociales du Gouvernement basque a présenté cette semaine les prévisions de l’Observatoire de Lanbide, un outil qui permet de réaliser des projections en termes d’emploi dans différents secteurs économiques d’ici à 2030. 

D’ici 2030, deux tendances se dessinent sur le marché du travail. D’un côté, une demande importante d’emplois hautement qualifiés. De l’autre, la chute du poids des emplois de base. Une chute particulièrement sévère dans l’industrie : de 2017 à 2030 leur nombre passera de 181 941 à 155 924. Soit une perte sèche de quelque 26 000 emplois non qualifiés.

C’est la métallurgie qui subira le plus grand choc : 14 000 emplois y seront détruits. Dans cette industrie le nombre total de salariés dépassera alors les 50 000, bien loin de son âge d’or où il s’élevait à 90 000 en 2007.

Les autres secteurs industriels qui s’appuient sur une technologie plus avancée et une valeur ajoutée importante ne pâtiront pas autant de cette évolution du marché du travail. Ainsi celui des machines-équipement ne perdrait que 800 emplois en treize ans, continuant à employer 21 000 personnes.

Pour autant, selon les responsables de l'Observatoire Lanbide, la situation ne devrait pas s'observer sour un jour si négatif. De fait, la demande des personnes à la recherche de tels postes est de de son côté en baisse. En résumé, même si le Gouvernement basque espère bien que l’industrie retrouve sa place d’avant la crise et représente à nouveau 25% du PIB (produit intérieur brut), cette baisse de l’emploi dans le secteur industriel n’est pas observée comme un drame aujourd’hui.

De l'industrie vers les services

Les raisons de cette perte d’emplois dans l’industrie sont multiples. D’une part, elles sont propres à ce secteur qui a robotisé certaines tâches et modernisé ses usines. D’autre part, le secteur industriel fait face au vieillissement de la population et au désintérêt des jeunes générations à son égard. Des jeunes qui dans 13 ans seront moins nombreux qu’aujourd’hui.

Autre facteur : l’essor du tourisme et l’amélioration progressive de la consommation. L’économie au Pays Basque sud entame un virage sévère vers les services. On s’attend donc que les jeunes adultes formés répondent à l’appel d’air lancé par le secteur des services et y dédient leurs carrières professionnelles. C’est ainsi que l’Observatoire de Lanbide prévoit que l’emploi dans les services tels que la restauration, service à la personne et à la protection, le commerce augmentera de 22% et recrutera 41 000 personnes pour atteindre 229 307 postes. Un quart de ceux-ci sera directement absorbé par l’hôtellerie. 

En fait, beaucoup de ceux qui travailleront dans le secteur tertiaire seront à des postes qui ne sont pas encre créés. Selon une étude de l’université d’Oxford, 47% des professions d’aujourd’hui disparaîtront dans la prochaine décennie et 90% des emplois actuels nécessiteront de nouvelles compétences et plus de formation. Particulièrement dans le secteur numérique.

L’observatoire prévoit qu’en 2030 l’emploi occupera 995 621 personnes au Pays Basque sud, tout secteur confondu. Un seuil qui ne rattrapera pas celui de l’avant crise, où le marché du travail connût son meilleur niveau, avec un pic à 1 005 879 emplois. Mais la baisse de la population viendra contrebalancer ce phénomène et les niveaux d’emploi devraient être similaires à ceux de 2007.