Les coups de cœur du Biltzar de Sare

Exposants, auteurs ou éditeurs, ces amoureux des livres nous parlent des ouvrages qu'ils souhaitent mettre en avant pour cette 34e édition. 

Bénédicte SAINT-ANDRE et Isabelle MIQUELESTORENA |17/04/2017 09:25|0 commentaires
Guz_biltzar_ecrivains_sara_imiquelestorena02
© Isabelle Miquelestorena

Fanny et Naia, respectivement stagiaire et libraire à Elkar © Isabelle Miquelestorena

"33 ezkil" de Miren Gorrotxategi : "C'est un roman noir que j'ai vraiment beaucoup aimé. uxIl se passe dans la campagne en Hegoalde et traite de thèmes très différents : conflits entre générations, ruralité, modernité, argent… Il est très prenant, plein de suspense et très accessible pour ce qui ont un petit niveau d'euskara."

"Naturaz gozatzeko eskuliburua" d'Alice James : "C'est un peu l'équivalent de 'Copains des bois' en basque avec de très belles illustrations. On y apprend entre autres à reconnaître les traces des animaux, à se fabriquer une cabane, à comprendre les phénomènes météo. A mettre entre toutes les mains de 7 à 77 ans ! "

"La IIIe République au Pays basque, 1870-1940 : un pays et un peuple entre tradition et modernité" de Pantxo Etchandy : "Il traite autant des aspects politiques, économiques et sociaux de cette période. Une période très importante pour l'éditeur puisqu'elle a de très nombreux effets sur la société basque contemporaine. Je l'ai corrigé sans penser que ça me plairait. C'est en fait un ouvrage passionnant, bourré d'anecdotes. On apprend notamment d'où viennent les Fêtes de Bayonne, le nom des rues, de certaines places. C'est très agréable et bien écrit."

Nathalie Thévenieau et Nathalie Beau de Loménie pour son ouvrage "Biarritz et la Mode" aux éditions Atlantica © Isabelle Miquelestorena

"C'est un ouvrage totalement inédit. Il regroupe trois siècles de haute couture, avec plus de 25 maisons installées au cœur de la cité impériale. On parcourt toute une saga historique depuis Eugénie de Montijo et Napoléon III aux nouveaux créateurs. On y voit la vie des ouvrières, pas simple dans le contexte de l'époque : première guerre mondiale, entre-deux guerres, deuxième guerre mondiale puis l'arrivée du prêt-à-porter avec les Américains. Puis aussi toute l'aristocratie, le gotha européen et toutes les extravagances du grand monde qui faisait travailler énormément de maisons de couture et d'ouvrières basques, dont Balenciaga disait qu'elles étaient les meilleures mains d'Europe."

Christian Laprérie pour son ouvrage "Histoire de la musique basque" aux éditions Atlantica © Isabelle Miquelestorena

" L'ouvrage fait presque 300 pages et il y a une iconographie assez importante avec de nombreux partitions et compositeurs à l'honneur. J'ai aussi souhaité parler de la musique basque contemporaine avec un chapitré dédié aux compositeurs d'aujourd'hui. Je pense notamment à Iñaki Urtizberrea , chef de cœur à Oldarra, qui a écrit beaucoup d'harmonisations ou encore Ramon Lazkano et Luis de Pablo, originaires d'Hegoalde."

Lucien Etxezaharreta, éditeur chez Maiatz © Isabelle Miquelestorena

"Basaburuko altxorrak" de Mikel Hiribarren : "Basaburu est un quartier d'Itxassou et d'Espelette. Un groupe d'agriculteurs y a fondé une Amap et a distribué à cette occasion une lettre à ses acheteurs. C'est cette chronique, parue pendant sept ans, qui constitue l'objet du livre. On vit ainsi au jour le jour dans ce monde agricole alternatif avec des producteurs bio, une culture proche de la nature. C'est une lecture très agréable et importante. Le monde paysan nous fait réfléchir sur le monde contemporain autant que sur nous-mêmes."

"Odolak su gabe diraki" d'Itxaro Borda : "C'est sa première pièce de théâtre. Elle y traite d'un sujet sensible, celui de la repentance de ceux qui ont utilisé la lutte armée, ETA en particulier. Itxaro Borda a souvent critiqué le recours à la lutte armée. Elle ajoute ici une réflexion en ces temps de désarmement sur le pardon, la réconciliation. C'est par exemple la rencontre de quelqu'un qui a fait de longues années de prison avec la fille de quelqu'un qu'il a tué. On entre dans les deux camps, ceux qui condamnent la violence et ceux qui la justifient par la violence antérieure, ce fameux cycle d'action-répression qu'on connaît dans toutes les luttes de libération nationale. Itxaro Borda prend le courage d'exposer, d'une manière que certains trouveront crue et violente, un sujet important."

Naiara Charriton à gauche, pour les éditions ZTK © Isabelle Miquelestorena

"Euskal herriko Atlas Geopoetikoa" de Mixel Etxekopar : "Mixel Etxekopar est parti à la rencontre des villageois du Pays Basque. L'atlas compte deux CD et rassemble témoignages et très belles photos. C'est vraiment un projet qui nous tient à cœur. Le second tome sera présenté pour Durango."

Hartzea Lopez Arana , éditeur pour Gatuzain © Isabelle Miquelestorena

"Une jeunesse basque" de Bixente Vrignon : "La force de ce livre est d'apporter les témoignages de six personnes qui ont fait partie des mouvements de jeunes, autant au Pays Basque Nord que Sud : Segi,  Gazetariak etc... Des gens qui parlent à la première personne. On comprend alors les parcours, les faiblesses, les forces, les inspirations de chacun. Cela donne un livre vivant, humain et une compréhension exhaustive de la cause abertzale. Le cas d'Aurore Martin, qui sert de fil rouge à l'ouvrage, permet de dessiner en toile de fond toute la situation politique de ces dernières années au Pays Basque."

Annie Etcheverry pour Euskaltzaindia © Isabelle Miquelestorena

"Piarres Larzabalen antzerkigintza: 1950-1982. Euskarazko antzerki identitatioaren paradigmak" d'Isabelle Etcheverria : " Ce livre est une étude très approfondie du théâtre de Larzabal mais il présente également deux pièces de théâtre inédites de Larzabal."

Le Biltzar se tiendra également ce lundi de 10h à 18h30, salle polyvalente à Sare. 

INFOS ASSOCIÉES