La Catalogne déclare l’indépendance et garde la porte ouverte au dialogue

Le président Carles Puigdemont suspend la mise en oeuvre de l’indépendance pour permettre une médiation internationale.

Goizeder TABERNA|2017/10/11 08:04|0 iruzkin
1011_eg_gabriel2
Le président de la Generalitat Carles Puigdemont a signé la déclaration d’indépendance ce mardi 10 octobre.

Les drapeaux catalan et européen en arrière plan, le président de la Generalitat Carles Puigdemont a signé la déclaration d’indépendance ce mardi 10 octobre. Avec lui, les 71 députés indépendantistes du Parlement de Catalogne. La signature a eu lieu après une session parlementaire très attendue, dont la tension était palpable. Deux heures auparavant, dans l’hémicycle, le président catalan a proposé "que le Parlement suspende la Déclaration d’indépendance pour que dans les prochaines semaines [les institutions engagent] un dialogue, sans lequel il serait impossible d’arriver à une solution accordée".

Par cette déclaration inattendue, le chef des institutions catalanes a laissé la porte ouverte au dialogue. Depuis la célébration de la consultation populaire, plusieurs initiatives de médiation ont été lancées, a assuré C. Puigdemont. Tant au niveau de l’Etat qu’au niveau international. Certaines ont été rendues publiques d’autres non. "Toutes sérieuses et difficiles à imaginer" a-t-il relevé avant de s’adresser à l’Union européenne. Il l’a sommé de "s’impliquer entièrement".

La réponse du gouvernement espagnol, elle, a été immédiate. Le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a convoqué un conseil des ministres extraordinaire ce mercredi matin. La porte-parole de l’exécutif Soraya Saenz de Santamaria a critiqué C. Puigdemont en l’accusant de vouloir "imposer une médiation sans revenir à la légalité et à la démocratie". Pour rappel, le Tribunal constitutionnel espagnol avait annulé la loi du référendum pour inconstitutionnalité.

La déclaration d’indépendance

La déclaration d’indépendance, dont les effets sont momentanément suspendus, affirme : "Nous constituons la République catalane, en tant qu’Etat indépendant et souverain, de droit démocratique et social." Ce texte s’appuie sur le mandat que plus de deux millions d’électeurs ont attribué à l’exécutif catalan le 1er octobre dernier, lors du référendum sur l’indépendance. "Les urnes ont dit oui à l’indépendance, et c’est le seul résultat que nous prenons en compte", a insisté C. Puigdemont.

"J’assume l’engagement de présenter les résultats du référendum devant vous tous et devant nos concitoyens, le mandat du peuple, qui demande que la Catalogne devienne un Etat indépendant sous la forme de République" a-t-il dit lors de son discours devant les députés. Une déclaration dont la forme n’était pas aussi directe qu’elle aurait pu l’être, probablement, pour ne pas créer de choc frontal avec Madrid. Cependant, elle a provoqué un certain malaise dans les rangs des députés de gauche de la Cup qui s’attendaient à une déclaration plus solennelle.

ERLAZIONATUTAKO ALBISTEAK