Le gouvernement présente les ordonnances, le front social déjà organisé au Pays Basque

Le premier ministre Edouard Philippe et la ministre du Travail, Murielle Pénicaud, ont présenté les ordonnances visant à réformer le code du travail, ce jeudi 31 août. Du côté des opposants, on s’arme et on s’organise. Au Pays Basque notamment où un collectif a été créé.

Chloé REBILLARD|2017/08/31 17:43|0 iruzkin
Guz_lan_legearen_kontra_manifa_lab_cgt_baiona_imiquelestorena09
Le Front Social contre les ordonnances présentées par le gouvernement appelle à manifester le 12 septembre à Bayonne.

Deux ministres tendus, un parterre de journalistes qui leur fait face et des responsables de syndicats sortant en majorité mécontents de Matignon : le 31 août, à midi, avait lieu la présentation des arbitrages de la réforme du code du travail. Dans un contexte déjà compliqué pour un gouvernement en perte vertigineuse de popularité, l’exercice s’apparentait à un numéro d’équilibriste afin d’essayer de satisfaire les syndicats de salariés et les représentants patronaux. Il semblerait que ce soit raté. 

Avant même de connaître le contenu définitif des ordonnances, certains syndicats et partis politiques avaient jugé les premières annonces inquiétantes et appelé à se mobiliser le 12 septembre. Un collectif baptisé "Front Social Pays Basque" s’est constitué cet été afin de lutter contre cette loi. Il est composé de plusieurs branches de la CGT, du syndicat Solidaires, du LAB et de partis politiques allant du NPA à la France Insoumise en passant par le PCF, EH Bai, EELV et Ensemble.

Une manifestation le 12 septembre

Ils appellent à manifester le 12 septembre à Bayonne. Le départ de la manifestation est pour l’instant prévu à 10h30 depuis la gare mais il est susceptible de changer en fonction des travaux prévus sur le Pont Saint Esprit. Autre rendez-vous appelé par le collectif : un apéritif est organisé devant la mairie de Bayonne, à 11h30, le dimanche 10 septembre. Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a quant à lui qualifié les textes présentés comme : "La fin du contrat de travail."

Certains syndicats n’ont pas souhaité se joindre aux manifestations au niveau national. C’est le cas de la CFDT dont le secrétaire général, Laurent Berger, s’est néanmoins déclaré "profondément déçu" par les ordonnances. C’est également le cas de Force Ouvrière mais le syndicat est divisé en interne et certaines sections locales ont néanmoins appelé à rejoindre les manifestations. Seuls les représentants patronaux se sont montrés pleinement satisfaits du texte présenté par le gouvernement.

ERLAZIONATUTAKO ALBISTEAK