Pas touche à la montagne

Une trentaine de personnes, habitants des communes avoisinant La Rhune et associations, s'est retrouvée aux Trois Fontaines, samedi matin, pour exprimer son opposition au projet de rénovation prévu pour 2020.

Caroline MALCZUK|2017/08/08 08:10|0 iruzkin
20170805_103956_1501955918792_resized
Une trentaine de personnes s'était réunie, sous la pluie, aux Trois fontaines.

Les opposants au projet de rénovation de La Rhune continuent de s’organiser. Samedi, aux Trois Fontaines, le collectif Larrun Ez Hunki a été présenté à la presse. Il est constitué d’habitants des communes de Sare, Ascain, Bera et Urrugne ainsi que de membres de collectifs et associations tels que Larrun patrimoine commun, CADE-montagne, Suaski… Le slogan "Pas touche à La Rhune", c’est un "grand chapeau pour mener ensemble cette bataille" indique Ellande Alfaro.

Lors du rassemblement, qui a réuni sous la pluie une trentaine de personnes, les inquiétudes concernant le projet ont été de nouveau exprimées. Notamment les atteintes à l’environnement. Et de citer la passerelle, les terrasses, l’augmentation des piétinements et de la pollution, l’agrandissement de la plate forme de trains et des quais au sommet, le bétonnage… "C’est une montagne, on veut la garder en tant que telle" veut dire Ellande Alfaro. Bien qu’il admette qu’il "y a des choses à faire" car l’accueil du public est "catastrophique".

Ils reprochent, encore une fois, un manque de concertation et d’informations sur ce dossier de la part du Conseil départemental. Et parlent de "silence total" lors des réunions Natura 2000, le réseau européen qui rassemble les sites naturels et vise à maintenir leur biodiversité, mais aussi lors des conseils municipaux. Le maire de Bera a exprimé son mécontentement à ce propos. Tandis que celui de Sare, conseiller communautaire délégué à la montagne, est plutôt enthousiaste quant au projet.

Bien que La Rhune 2020 soit une ébauche, le collectif se sent mis face au fait presqu’accompli. "C’est un projet bien préparé. Ils ont tout ficelé" affirme Ellande Alfaro. Pour lui, les étapes avant sa concrétisation peuvent être très vite franchies. Le collectif demande de retirer le projet et invite à lancer une réflexion autour de la montagne. Des groupes de travail vont être formés dans ce sens auxquels les élus locaux seront appelés à participer. Pour travailler sur un nouveau projet.

ERLAZIONATUTAKO ALBISTEAK