De nombreux soutiens au jeûne en faveur des détenus basques

Les unes après les autres, associations et organisations viennent physiquement afficher leur soutien aux quatre participants du jeûne en faveur des prisonniers basques.

Caroline MALCZUK|2017/07/10 15:45|0 iruzkin
Guz_jeune_gosez_preso_hiriburu_imiquelestorena06
Quatre jeunes ont entamé un jeûne de deux semaines en faveur des détenus basques et de la résolution du conflit.©Isabelle MIQUELESTORENA

Les Artisans de la paix Txetx Etcheverry et Mixel Berhocoirigoin, le président d'Atherbea Jean-Daniel Elichiry et celle de Bake Bidea Anaiz Funosas ont été les premiers à venir soutenir cette initiative, le samedi 8 juillet. Des jeunes ont entamé un jeûne de 15 jours en faveur des prisonniers basque et de la résolution du conflit.

Ce matin, une délégation de Bizi ! a débuté une jeûne de 24 heures sur place. Puis le Comité de Défense des Droits de l'Homme au Pays Basque leur a rendu visite en début d’après-midi. La veille, c’était le collectif des exilés basques qui s’était déplacé à Saint-Pierre-d’Irube.

De nombreuses autres délégations sont attendues. Certains font "24 heures de jeûne avec nous", explique Koldo Etxegarai, un des participants, d'autres passent dans l’après-midi "montrer leur soutien". Ainsi, le collectif d’ex-prisonniers participera au jeûne mardi matin, le syndicat LAB mercredi, Europe Écologie-Les Verts jeudi, Etxerat vendredi, EHZ samedi. Le 17, ce sera au tour de Bagoaz et Sare de jeûner pendant une journée, suivis de Bake Bidea le 19.

Une délégation d'élus ce mardi

Quant aux délégations qui passeront l’après-midi, les participants au jeûne pourront compter sur la venue d'EH Bai mardi, de la CGT de l’hôpital de Bayonne mercredi, de Terre solidaire jeudi. Puis des jeunes abertzale d’Aitzina et Ernai le 17, et de la Ligue des droits de l'homme le 20 juillet. Enfin, ce mardi, des élus Pays Basque sont annoncés pour 17 heures, donc certains qui sont en ce moment même à Paris afin de défendre la cause des détenus basques au plus haut des sphères de l’État.

En parallèle de toutes ces visites, des conférences et projections sont au programme jusqu'au 22 juillet. Et les jeunes sont appelés à se rassembler à 19 heures chaque jour. Le but étant de les impliquer dans la résolution du conflit, veut rappeler Koldo Etxegarai. Comités des fêtes, gaztetxe et associations sont invités à signer un manifeste. "Il nous semble important de faire cela maintenant. Le processus de paix ne s’arrête pas avec le désarmement d’ETA. La prochaine étape, c’est la libération des preso. Il faut mettre fin aux mesures d’exception."

Les deux prochains vendredis, des rassemblements seront également organisés dans les capitales de chaque province du Pays Basque Nord : Bayonne, Mauléon et Saint-Jean-Pied-de-Port. Il est également possible de soutenir financièrement cette démarche ici.

ERLAZIONATUTAKO ALBISTEAK