Mobilisation au collège public de Saint-Palais

Ce mercredi 21 juin, à 8 heures, les parents d'élèves se sont mobilisés pour l'ouverture d'une classe de troisième au collège Amikuze de Saint-Palais.

Chloé REBILLARD|2017/06/21 18:15|0 iruzkin
Gar_college_amikuze_bobedme_101
Les parents d'élèves du collège de Saint-Palais s'inquiètent du bon suivi de leurs enfants. © Bob EDME

Comme au collège de la Citadelle à Saint-Jean-Pied-de-Port, les parents d'élèves du collège Amikuze à Saint-Palais se heurtent aux seuils théoriques établis par l'Éducation nationale. Ceux-ci édictent qu'il ne faut pas dépasser les trente élèves par classe. Une règle qui n'oblige pas à l'ouverture d'une autre classe tant que ce seuil n'est pas dépassé.

À Saint-Palais, il y a pour l'instant soixante élèves inscrits en troisième pour la rentrée prochaine. Pas de quoi ouvrir une troisième classe pour l'académie qui gère les effectifs. Mais les parents d'élèves du collège de Saint-Palais s'inquiètent du bon suivi de leurs enfants dans des classes qu'ils jugent surchargées et dénoncent le fait que des inscriptions supplémentaires pourraient intervenir avant septembre.

Parents d'élèves en colère

Ils ont donc lancé une mobilisation dans le but d'obtenir un rendez-vous à l'inspection académique et de rouvrir le dossier. Pour Chantal Etchegaray, présidente de l'Association de Parents d'Elèves (APE) du collège concerné, la mission éducative de l'établissement se verrait mise en danger sans l'ouverture d'une classe supplémentaire : "On sait qu'il y a des élèves, actuellement en quatrième, qui sont en situation de fragilité. À trente ou plus par classe, ils seront sacrifiés." Les professeurs ont également alerté qu'au vu des effectifs annoncés, les projets interdisciplinaires seraient mis à mal si l'académie n'accordait pas une classe supplémentaire à l'établissement.

Cette situation en rappelle une autre dans le collège de la Citadelle à Saint-Jean-Pied-de-Port, à la différence qu'il s'agit, dans ce dernier cas, d'éviter la fermeture d'une classe. Mais là encore, les seuils théoriques sont frôlés sans être dépassés au regard des inscriptions connues au mois de juin. Dans cet autre collège, les parents d'élèves ont déjà rencontré l'inspecteur d'académie sans que la réunion n'aboutisse à un avancement du dossier. Ils ont donc décidé de bloquer le collège demain, jeudi 22 juin, afin de se faire entendre.