Pensez-vous qu'être avocate soit un plus dans l'exercice du mandat de députée ?

Telle est la question que nous avons posée à quatre candidates aux législatives, toutes avocates au barreau de Bayonne. Voici leurs réponses.

Bénédicte SAINT-ANDRÉ|2017/05/18 08:05|0 iruzkin
Befunky_collagebene
En haut : Sophie Bussière, Laurence Hardouin ; en bas : Caroline Oustalet, Colette Capdevielle © DR

Caroline Oustalet, candidate LR pour la 5ème circonscription, avocate généraliste depuis 30 ans

"Des gens qui n'étaient pas juristes ont fait de très bon députés mais je pense quand même que c'est un atout d'avoir les bases du droit. L'autre atout c'est qu'en étant avocate en province, nous sommes en prise directe avec la vie des gens, en lien avec eux. Je suis face à toutes les problématiques posées par le droit et les relations humaines. C'est d'ailleurs pour cela que c'est un métier extraordinaire."

Laurence Hardouin, candidate EH Bai pour la 5ème circonscription, avocate depuis 20 ans, membre du Syndicat des Avocats du Pays Basque, spécialisée en droit de la famille, le droit du travail et le droit des étrangers

"Une députée se doit d’être en prise avec le quotidien des citoyen(e)s, ce qui est plus le cas en défendant des salariés licenciés, des étrangers en passe d’être expulsés ou des couples en instance de divorce qu’en faisant de la défiscalisation de grandes sociétés ou du droit pénal des affaires. Ce n’est pas tant de connaître le droit qui importe mais de vouloir qu’il s’applique à tous et toutes sans compromission avec des lobbies."

Sophie Bussière, candidate écologiste (EELV) pour la 6eème circonscription, avocate généraliste depuis 15 ans

"Etre avocate doit faciliter la mission de députée : nous connaissons la façon dont s'élaborent les lois, et avons l'habitude du langage juridique. Etre juriste est donc un atout certain, mais non une qualité indispensable. En effet, le droit correspond à l'ensemble des règles régissant la vie en société et doit donc être élaboré par des élu-e-s représentant celle-ci; or, actuellement, l'Assemblée nationale n'est nullement représentative de la diversité du peuple. Il est impératif lors de la nouvelle mandature d'avoir davantage de mixité générationnelle, socio-professionnelle, et bien sûr la parité."

Colette Capdevielle, candidate socialiste et députée sortante pour la 5ème circonscription, avocate généraliste depuis 30 ans

"Je me réjouis qu'autant d'avocates soient candidates aux prochaines élections législatives au Pays Basque. Pour ce qui me concerne, une formation initiale de juriste, ma pratique des dossiers et de la plaidoirie pendant 30 ans auxquels s'ajoute un engagement syndical professionnel constituent des atouts évidents quand il s'agit d'écrire et de voter la loi. Toutefois, il ne faut pas non plus s'enfermer dans la technique et le juridisme, c'est-à-dire qu'il ne faut pas perdre de vue que le droit n'est qu'un outil au service de choix politique."