Le nouveau skatepark de Biarritz accueillera les championnats de France en juin

Skateboard, BMX, roller acrobatique ou trottinette freestyle, le nouveau skatepark de Biarritz inauguré ce matin ouvrira ses portes début juin aux adeptes de ces disciplines de glisse urbaine. 

Virginie Bhat|2017/05/13 16:07
Med_inauguration_skatepark_miarritze_imiquelestorena03
Le skatepark Biarritz accueillera les pratiquants de skateboard, de BMX, de roller acrobatique et trottinette freestyle. ©Isabelle MIQUELESTORENA

Encouragé par son père, le gamin de cinq ans joue le timide. Sur sa silhouette, pèsent des dizaines de regards du haut de la galerie. Il hésite à s’élancer à la conquête de l’immense aire de glisse urbaine de Biarritz que ses roues doivent inaugurer en cette fin de matinée. Instant officiel.

Sous dix mètres soixante de hauteur de plafond, la surface de glisse s’étale sur quelque 1 500 mètres carrés. Elle propose aux sportifs des modules tels qu'un bowl, une aire de street type "streetleague", des éléments de relance… Autant de modules qui auront nécessité 120 000 vis et 300 000 pointes pour fixer les 20 000 pièces façonnées une à une. L’équipement est du dernier cri de la discipline sportive. Les athlètes qui s’y frotteront les retrouveront aux prochains Jeux olympiques de 2020 au Japon.

"Les techniques de construction du skatepark sont identiques à celles des charpentes de cathédrales il y a 600 ans", admire Michel Veunac, maire de Biarritz. A ses côtés, les représentants des institutions qui ont participé à son financement. Un investissement global de 3,4 millions d’euros.

La cité balnéaire en a pris plus de la moitié à sa charge, soit 2 millions. Le département 500 000 euros, l’ancienne ACbA 430 000 euros qui après l’achat du terrain en 2001, l’a rétrocédé à la ville en novembre dernier. Sans oublier la réserve parlementaire dégagée par Sylviane Alaux, députée sortante de la 6ème circonscription. Il plane comme une petite brise de campagne législative à l’annonce de ce dernier chiffre.

Il aura fallu six ans pour que ce nouveau skatepark biarrot sorte de terre. Une décision prise par le maire d’alors, Didier Borotra qui, ce matin, est présent aux côtés de son successeur. Aujourd’hui, le nouvel équipement "donne à Biarritz, et plus loin encore, un centre de glisse urbaine sans équivalent" se félicite Michel Veunac. Une "offre unique" qui vient compléter celle de l’Atabal, à deux mètres de là pour constituer "un pôle jeunesse" au sein de la commune. 

Championnats d'aujourd'hui et de demain

Autre ambition : être la tête de pont du développement du skate sur la "grande Région Aquitaine Euskadi". Des contacts ont déjà été noués avec Iruñea, Gasteiz et Bilbo pour créer un championnat du Pays Basque. 

A l’instar du vieux skatepark arrivé à saturation, c’est l’association Lassosalai qui gèrera le nouveau centre pour sept ans d’abord. Elle reversera une redevance annuelle de 2 000 euros à la ville. Labellisé école française de skatebord, le club, parmi le top 5 français, emploie quatre salariés et compte 300 adhérents, dont 180 licenciés. Le skateboard est encore une discipline masculine : seules 23 filles sont aujourd’hui licenciées.

Lassosalai a développé un groupe d’élite de 14 skateurs. Parmi ces derniers deux font partie de l’équipe de France, Tim Bébauché et Hugo Westrelin. Plus de 2 000 jeunes fréquentaient jusqu’a présent le skatepark à l’année, dont 150 enfants de 4 à 12 ans. "Le club est un vecteur de passage de mixité sociale", argue Frédéric Lucbernet, président de l’association qui dans le vieux skatepark accueille 7 500 entrées à l'année. A nouvel équipement, nouvel l’objectif : atteindre les 17 000 entrées annuelles. Ce n'est pas gratuit, l'entrée sera à 6 euros. Le cluc aura "à coeur de relever les défis de Biarritz ville de glisse, surf et glisse urbaine".

Aujourd’hui, le nouveau skatepark n’est fin prêt à recevoir son public. Son bowl n’est pas achevé. En cette matinée d’inauguration, seuls une quinzaine de jeunes ont le privilège de tester ses qualités. Rejoints par un élu biarrot, connu pour son goût du surf, équipé de pied en cape cette fois-ci pour la glisse urbaine. Devant l’entrée à l’extérieur, d’autres skateurs moins bien lotis s’adonnent à leur passion.

Avant son ouverture, l’aire de glisse urbaine de Biarritz recevra la dernière étape du championnat de France de skateboard les 3 et 4 juin prochains. Une étape qui décernera le titre le champion de chaque catégorie ouverte. Des animations seront proposées tout ce week-end-là. Ce n’est qu’à l’issue de ces championnats que l’établissement ouvrira ses portes au public. En attendant c’est toujours dans le vieux hangar que le club s’entrainera.