Grippe aviaire : les élus demandent au préfet de renoncer à l'abattage

A la veille de l’abattage des volailles saines prévu par les autorités départementales dans trois fermes du Pays Basque, les élus joignent leur voix à celle des éleveurs et demandent au préfet d’y renoncer.

Virginie BHAT|2017/04/13 18:30|0 iruzkin
Gabadi_-_copie
Les élus joignent leur voix aux éleveurs. ©DR

Il est toujours temps d’agir à la veille de l’abattage programmé des volailles saines dans trois élevages du Pays Basque. Ce matin, le Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques réuni en session, le conseiller de la Montagne basque, Jean-Pierre Mirande a proposé une intervention du Département. Initiative approuvée à l’unanimité par ses pairs.

"Le président Jean-Jacques Lasserre a adressé un courrier express au préfet, Eric Morvan pour empêcher l’abattage", explique Marie-Christine Aragon, conseillère départementale. Et de rappeler que ces trois exploitations travaillent en circuit fermé et ont réalisé des analyses indépendantes au sein de leurs élevages. Il n’y a pas de grippe aviaire.

De son côté, la députée socialiste Colette Capdevielle n’a pas été en reste : elle a annoncé qu’elle venait de saisir le préfet et le ministre de l’Agriculture.

"La décision de préfet peut être prise très rapidement, poursuit Marie-Christine Aragon. Dans un cas similaire, le préfet du Gers a déjà pris une telle décision."

Ces appels des élus locaux, de dernière minute certes, trouveront peut-être une oreille plus attentive des autorités jusqu’à présent sourdes aux appels des éleveurs et du syndicat ELB.

A noter que demain, vendredi, les élevages de volailles de plus de mille communes du sud-ouest de la France entreront pour six semaines dans une période de vide sanitaire pour éradiquer le virus de la grippe aviaire.

ERLAZIONATUTAKO ALBISTEAK